Hubert Fournier, DTN : "Nous avons mis en place un suivi scolaire et plusieurs programmes d'activités physiques"

Publié le , modifié le

Auteur·e : Paul Giffard
Hubert Fournier
Hubert Fournier, actuel Directeur technique national de la FFF. | JEAN MARIE HERVIO / DPPI MEDIA / DPPI VIA AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Deux jours après avoir pris la décision de fermer l’ensemble des centres de préformations féminins et masculins de la Fédération française de football, le Directeur technique national, Hubert Fournier, s’est confié en exclusivité à France tv sport. L’ancien entraîneur du Stade de Reims et de l’Olympique Lyonnais est revenu sur la politique menée sur le plan éducatif et sportif par la FFF depuis le début du confinement.

En cette période de confinement, quelles ont été les consignes données au sein des centres de préformation ?
Hubert Fournier : "Au tout début de l’épidémie, ça a été de libérer les enfants pour qu’ils retournent au sein de leur famille. Nous avons acté la non-réouverture des centres depuis mercredi et nous allons avoir la même démarche vis-à-vis de nos pôles espoirs féminins et masculins."

Et au niveau scolaire, quelles mesures ont été appliquées ?
HF : "Une fois sous quarantaine au domicile familial, nous avons entrepris que nos pôles mettent en place un suivi scolaire. Il y a une personne qui s’occupe de l’éducation dans chaque structure et doit contrôler via les applications de l’éducation nationale (ex : PRONOTE) l’assiduité des footballeurs en centres de formation. Les retours sont positifs sur la scolarité. C’est une excellente chose car c’est notre responsabilité."

Et en ce qui concerne les entraînements ?
HF : "Nous avons mis assez rapidement en place plusieurs programmes d’activités physiques pour éviter qu’ils soient complètement amoindris au niveau physiologique. Je pense que sur le plan psychique, c’était important aussi pour des jeunes joueurs et jeunes joueuses, qui ont des entraînements quotidiens, d’avoir un suivi psychologique car ils ont été enfermés du jour au lendemain. Les différents programmes sont adaptés à leurs contextes. Il faut prendre en compte si les enfants sont en appartement, ou en maison, s’ils ont un peu de terrain, etc. En fonction, l’emploi du temps est personnalisé avec des challenges à la fois techniques et physiques à faire chaque semaine. Nous avons émis le souhait d’impliquer aussi les parents, pour ceux qu’ils le peuvent, en filmant les enfants lors des exercices. Nous pouvons dire que c’est une réussite car nous avons eu un retour positif des éducateurs et des jeunes concernant l’accompagnement proposé."

"Nous sommes dans l'attente d'informations sur la reprise scolaire"

Quelles ont été les difficultés rencontrées après les mesures prises par le gouvernement ?
HF : "Nous avons eu des difficultés au début, notamment des petits problèmes de connexions pour certains. Mais sinon, nous n’avons déploré aucun cas de jeunes positifs au Covid-19 qui ont été hospitalisés. Je crois que nous en avons eu deux parmi l’ensemble de notre population. Cela signifie que nous avons agi en amont et nous avons bien fait. Nous avons une psychologue à la Fédération qui est en train de faire une étude notamment sur les féminines et les effets du confinement. Apparemment, les mesures mises en place ont permis aux jeunes de mieux vivre le confinement."

Comment allez-vous vous organiser concernant le retour progressif à l’école ?
HF : "Il est encore trop tôt pour le dire. Nous sommes dans l'attente d'informations sur la reprise scolaire. Pour le moment, nous n’avons pas eu de réponses concrètes. Nous nous apercevons que c’est très compliqué avec, d’un côté les contraintes sanitaires, et d’un autre, la distanciation sociale à appliquer sur un jeune public. Nous sommes également face à des déplacements complexes pour certains qui doivent traverser plusieurs régions pour se rendre dans leur centre de formation. De plus, l’ensemble des structures ne sont pas adaptés pour mettre en place un hébergement qui permet de sécuriser les footballeurs ainsi que les encadrants."

à voir aussi "Le sport ne sera pas prioritaire" prévient Roxana Maracineanu en évoquant le déconfinement "Le sport ne sera pas prioritaire" prévient Roxana Maracineanu en évoquant le déconfinement

"Nous voulons aider nos clubs amateurs dans ce passage difficile"

La ministre de sports a d’ailleurs envisagé une reprise des championnats en septembre, comment l’entraînement va-t-il reprendre ?
HF : "Nous allons prendre en compte la sécurité de la pratique et des pratiquants parce que c’est de notre responsabilité avant toute chose. En fonction de l’état sanitaire du mois de septembre (encore hypothétique), nous attendrons le feu vert pour pouvoir reprendre les activités normales. Vous pouvez compter sur nous pour organiser et mettre en œuvre tout ce qui est de notre pouvoir pour que le football reprenne sa place."

Quel est l’impact économique depuis le début du confinement ?
HF : "L'impact est forcément important, pour l'ensemble de l'économie du football. C'est pourquoi le président de la FFF, Noël Le Graët a notamment annoncé la mise en place d'un fonds de solidarité pour aider les clubs amateurs à repartir à la reprise. Il travaille en collaboration avec Marc Debarbat, le président de la Ligue de football amateur, afin d'aider nos clubs amateurs dans ce passage difficile.

à voir aussi Coup de sifflet final pour le foot amateur : Pau et Dunkerque vers la Ligue 2, des questions autour des barrages Coup de sifflet final pour le foot amateur : Pau et Dunkerque vers la Ligue 2, des questions autour des barrages
Paul Giffard paul_gfrd