Les supporters hongrois au stade Puskas
Des supporters hongrois lors du match contre Israël le 15 août dernier | ATTILA KISBENEDEK / AFP

Hongrie et Bulgarie condamnées au huis clos pour actes racistes

Publié le , modifié le

La Hongrie et la Bulgarie ont été condamnées à disputer leur prochain match de phase de qualification pour le Mondial-2014 à domicile à huis clos en raison d'actes racistes ou antisémites "honteux" ou "odieux" de leur supporteurs, a annoncé ce mardi la Fifa.

Ce n'est pas une première mais il s'agit d'un sacré message. Pour le comportement raciste de leurs supporters, les équipes nationales hongroise et bulgare devront jouer leur prochain match à domicile pour les éliminatoires du Mondial 2014 à huis clos. Ainsi, les rencontres Hongrie-Roumanie et Bulgarie-Malte, prévues le 22 mars,  seront jouées dans un stade vide, selon les décisions prononcées par la commission de discipline de la Fédération internationale le 20 novembre et communiquées aux deux fédérations nationales ce mardi. En outre, les Fédérations hongroise et bulgare ont respectivement écopé d'amendes de 40.000 (33.000 euros) et 35.000 francs suisses (29.000  euros). La commission de discipline de la Fifa les a également menacées de sanctions plus lourdes en cas de récidives, "pouvant aller jusqu'à un forfait, une déduction de points ou une disqualification d'une compétition" a précise l'instance internationale.

La Hongrie fait appel

La Hongrie est sanctionnée compte tenu de "la gravité" des incidents  antisémites qui ont émaillé son match amical contre Israël le 15 août. Au cours de cette rencontre qui s'était soldée sur un nul (1-1), des supporteurs  hongrois avaient proféré des insultes comme "sales juifs", "Buchenwald" (en  référence au camp de concentration nazi en Allemagne) ou encore "Viva Mussolini". Pendant l'hymne israélien, la "Hatikvah", plusieurs centaines d'entre eux avaient ostensiblement tourné le dos au terrain. Ce mardi soir, dans un communiqué publié sur son site internet, la Fédération hongroise a  dénoncé une décision "sévère" et a annoncé qu'elle avait l'intention de faire  appel. "C'est sévère et injuste que l'équipe nationale hongroise soit sanctionnée dans le match le plus crucial pour le tournoi international le plus important, en raison d'un incident qui s'est produit lors d'une rencontre amicale", a regretté la MLSZ.
   
La Bulgarie est elle condamnée pour les insultes racistes proférées par un  petit groupe de supporteurs à chaque fois qu'un joueur danois d'origine tanzanienne, Patrick Mtiliga, touchait le ballon lors du match Bulgarie-Danemark comptant pour les qualifications au Mondial, le 12 octobre à Sofia (1-1). L'instance dirigeante du football mondial insiste sur le fait "qu'aucune forme de discrimination ne sera tolérée et qu'une stricte réaction sera systématiquement donnée par les autorités compétentes de la Fifa".

L'Italie prend exemple sur la Fifa

En écho à ces décisions, le juge sportif de la Lega Pro a infligé la même sanction au club italien Pro Patria dont les cris racistes avaient poussé le joueur du Milan AC Kevin-Prince Boateng à quitter la pelouse et l'arbitre à interrompre le match, une première en Italie. Le président de la Fédération italienne de football Giancarlo Abete a répété qu'il était favorable à ce qu'à l'avenir des matchs "soient  suspendus temporairement ou définitivement pour des épisodes liés au racisme".  Peu importe les problèmes de calendrier, a-t-il dit, la priorité est  d'"éloigner des stades tous ceux qui n'ont pas à y être parce qu'ils polluent gravement la convivialité d'un événement sportif."

 

Jerome Carrere