Jupp Heynckes (Bayern Munich)
Jupp Heynckes (Bayern Munich) | JAVIER SORIANO / AFP

Heynckes repousse le Barça, Luis Enrique s'en rapproche

Publié le , modifié le

Cité parmi les potentiels successeurs de Tito Vilanova sur le banc du Barça, Jupp Heynckes a démenti tout retour à la tête d'un club. Selon la chaîne catalane TV3, Luis Enrique devrait être l'heureux élu. L'Argentin Gerardo Martino aurait aussi ses chances selon Marca et Sport.

A l'heure où tous les entraîneurs libres et d'un certain standing sont cités comme cible potentielle du FC Barcelone, Jupp Heynckes a exclu de reprendre du service. Retraité en fin de saison dernière, l'ancien technicien du Bayern Munich est décidé : "Je pense qu'il serait maintenant impossible pour moi de prendre la tête  d'un nouveau club après ce que j'ai vécu au Bayern Munich", a confié celui qui a mené le club bavarois à un historique triplé l'an passé (Bundesliga, Coupe d'Allemagne, Ligue des champions) sur la chaîne de télévision allemande Sky Sports News. "Je suis occupé, j'ai mes passe-temps, je fais du sport, je m'occupe de mes  chiens et mon grand jardin", a ajouté l'Allemand de 68 ans. Entraîneur de l'Athletic Bilbao (1992-94 et 2001-03), de Tenerife (1995-97) et du Real Madrid (1997-98), Heynckes avait pour lui de connaître le football espagnol. S'ils avaient pensé, les dirigeants catalans n'ont plus qu'à activer d'autres pistes.

L'épouvantail Geraldo Martino

L'une d'elles pourraient d'ailleurs mener à Luis Enrique. Entraîneur de la réserve du Barça de 2008 à 2011, l'ancien milieu de terrain offensif reste sur une expérience mitigée à la Roma la saison dernière. La chaîne catalane TV3 affirme cependant qu'un accord aurait été trouvé entre le natif de Gijon et le club culé. Engagé avec le Celta Vigo, l'ancien international espagnol pourrait quitter la Galice contre 3 millions d'euros. De leur côté, les journaux Sport et Marca affirment que l'Argentin Geraldo Martino serait également dans la course. Récent demi-finaliste de la Copa Libertadores avec Newell's Old Boys, celui qui n'a entraîné qu'en Amérique du Sud serait une alternative crédible. Lors de la conférence de presse annonçant la démission de Tito Vilanova, le président barcelonais Sandro Rosell espérait annoncer le nom du futur entraîneur dans les jours à venir. Dans ce flot de rumeurs, reste donc à trier le grain de l'ivraie. 

Jerome Carrere