Joao Havelange
Joao Havelange | AFP-Olivier Morel

Havelange dans l'oeil du cyclone ?

Publié le , modifié le

Si l'on en croit le journal britannique "The Guardian" de vendredi, faisant suite à la diffusion d'un documentaire de la BBC, la commission d'éthique du Comité international olympique enquêterait sur Joao Havelange, ancien président de la Fifa et doyen des membres du CIO,accusé d'avoir reçu des pots-de-vin dans le cadre des droits de marketing de plusieurs coupes du monde.

La BBC, qui enquête depuis quasiment dix ans sur la corruption au sein de la Fifa, mettait en exergue, dans son dernier documentaire les relations entre Havelange et International Sports and Leisure (ISL), une société de marketing qui avait obtenu l'exclusivité des droits pendant plusieurs Coupes du monde, avant sa liquidation en 2001. Selon la chaîne, l'ancien président aurait reçu ainsi un million de dollars en 1997.

Le premier documentaire faisait état de paiements illégaux entre 1989 et 1999, pour 100 millions de dollars qui auraient servi à corrompre plusieurs hauts responsables de la Fifa, dont Ricardo Teixeira, Issa Hayatou, président de la Confédération africaine (CAF) et membre du CIO, et Nicolas Leoz, président de la Confédération sud-américaine (Conmebol). En novembre dernier, après la diffusion de cette première émission de la chaîne britannique sur les affaires présumées de corruption au sein de la Fédération internationale de football, le CIO avait annoncé que sa commission d'éthique allait enquêter sur la possible implication de ses membres qui étaient cités dans l'émission.     
Selon The Guardian, cette enquête s'est maintenant étendue au Brésilien Joao Havelange, président d'honneur de la Fifa qu'il a dirigée de 1974 à 1998, qui est ciblé dans un second documentaire de la BBC diffusé le mois dernier.

"Cette histoire n'est pas nouvelle dans le sens où nous avons toujours dit que, dans l'optique de la politique de tolérance zéro vis-à-vis de la corruption, toute preuve éventuelle est prise en considération dès que des allégations sont portées contre des membres du CIO", a déclaré une porte-parole du CIO, Emmanuelle Moreau, sans toutefois confirmer les informations du Guardian et en restant même plutôt floue sur le fond et sur les possibles rebondissements. "La commission d'éthique poursuit son enquête. Elle a reçu des documents de la BBC et est en train d'en vérifier l'authenticité", a-t-elle ajouté, précisant que "cette commission faisait son travail de manière indépendante et ferait ses recommandations à la commission exécutive du CIO en temps et en heure.