Haïti : enquête ouverte contre le président de la Fédération de foot, accusé de viols

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Yves Jean-Bart en 2013 avec Blatter
Yves Jean-Bart (au centre) aux côtés de Sepp Blatter en 2013. | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Accusé d'agressions sexuelles et de viols dans les colonnes du Guardian par de jeunes joueuses, Yves Jean-Bart est maintenant visé par une enquête de la police judiciaire en Haïti. Le président de la Fédération de football haïtienne continue de réfuter les allégations.

La brigade de protection des mineurs de la police judiciaire haïtienne a ouvert une enquête sur les accusations de viols sur de jeunes joueuses visant le président de la fédération nationale de football (FHF), Yves Jean-Bart, qui réfute ces allégations. "La seule façon d'arrêter ce scandale, c'est de (...) faire sortir la vérité" a-t-il réagi lors d'une interview par téléphone accordée à l'AFP.

Des pressions en coulisses ?

Dans une enquête publiée la semaine dernière, le journal britannique The Guardian affirme que de jeunes joueuses résidant au centre technique national ont subi des viols ou des agressions sexuelles au cours des cinq dernières années. Témoignant des pressions subies pour garder le silence, des victimes présumées révèlent dans le quotidien, sous couvert d'anonymat, qu'au moins deux joueuses mineures auraient avorté suite à des viols commis par Yves Jean-Bart dans le complexe sportif, situé en périphérie de Port-au-Prince.

à voir aussi Le président de la fédération haïtienne de football accusé de viols sur de jeunes joueuses Le président de la fédération haïtienne de football accusé de viols sur de jeunes joueuses

Les organisations féministes Sofa et Kay Fanm ont publié un communiqué pour soutenir les victimes. "Ces filles sont exposées aux prédateurs sexuels et ne bénéficient d'aucune protection de l'Etat ou d'autres responsables. Dans l'une des vidéos qui circulent, on peut voir M. Jean-Bart toucher une jeune fille sans se gêner", dénoncent-elles. Sur une vidéo consultée par l'AFP, on voit une jeune joueuse et le président de la FHF assis côte à côte sur un canapé pendant une interview. Yves-Jean Bart garde sa main sur l'épaule de l'adolescente durant les plus de sept minutes de l'entrevue.

Il nie tout en bloc

"Quand on cherche des prétextes, des images compromettantes, on déterre des interviews" s'est insurgé Yves Jean-Bart. Selon lui, la vidéo, tournée trois ans plus tôt à sa demande, était destinée à informer le public de la réussite de l'adolescente à un stage au sein de l'Olympique lyonnais. "C'est un geste sans intérêt et sans portée qui est fait quand vous avez de l'affection tout paternelle. (...) Seul un sportif peut comprendre ça" a-t-il commenté.

Le journaliste français Romain Molina, co-auteur de l'enquête du Guardian, a raconté sur Twitter que "plusieurs victimes et leurs familles" auraient déjà reçu des menaces pour "les réduire au silence". Pascale Solages, militante féministe, fondatrice de l'organisation Négès Mawon, explique qu'en Haïti "les familles des victimes et la population souvent aussi se font complices car rester dans le silence, c'est comme rester en sécurité."

Yves Jean-Bart est invité par le commissaire du gouvernement (équivalent du procureur) à se présenter au tribunal jeudi. "Il y a seulement un gros scandale mais pas de victimes, pas de plaintes, pas de lieux, aucun rapport, aucune constitution des faits" a commenté M. Jean-Bart, qui dirige la FHF depuis 20 ans.

AFP