Grèce: Feu vert pour une reprise du championnat à huis clos

Grèce: Feu vert pour une reprise du championnat à huis clos

Publié le , modifié le

Le gouvernement grec a donné son feu vert mercredi pour la reprise, mais à huis clos, du Championnat de Grèce de football, suspendu le week-end dernier pour la troisième fois de la saison en réaction contre des actes de violence.

Le vice-ministre des Sports Stavros Kontonis, qui a donné cette autorisation relative, a précisé que la Fédération, les Ligues et les clubs étaient d'accord pour prendre des mesures contre la violence dans le football. La décision gouvernementale intervient 24 heures après la demande du président de la Super League, le championnat de Grèce, Giorgos Borovilos, pour une reprise de la compétition. "La réponse à la violence est notre engagement. Mais rien ne peut changer en appuyant sur un bouton, cela demande du travail", avait-il notamment déclaré.

Parmi les mesures proposées par la Super League pour combattre la violence, et transmises à Stavros Kontonis pour approbation, figurent la mise en place de billetterie électronique, de caméras de sécurité dans les stades et de sévères sanctions contre des supporteurs fauteurs de troubles. Elles prévoient aussi l'interdiction de mouvements organisés de fans et le droit pour l'arbitre d'interrompre les matches en cas de jets de projectiles ou de fusées éclairantes ainsi que d'invasion du terrain.

Les championnats grecs ont déjà été suspendus à deux reprises cette saison. La première fois en septembre, après la mort d'un supporteur sur l'île de Crète lors d'un match de 3e division. Et à nouveau en novembre, après l'agression d'un arbitre, qui avait dû être hospitalisé. La violence est un mal récurrent dans le football grec. Et pas seulement chez les supporteurs: une réunion du comité directeur du Championnat de Grèce a été interrompue la semaine dernière, après une vive altercation entre les résidents de l'Olympiakos Le Pirée, Vangelis Marinakis, et du Panathinaïkos, Giannis Alafouzos, deux jours après de violents incidents avant et pendant le derby de la capitale remporté par le Panathinaikos (2-1).

AFP