Gianni Infantino et le cheikh Salman
Gianni Infantino et le cheikh Salman, favoris à la succession de Sepp Blatter à la tête de la FIFA. | SAJJAD HUSSAIN / AFP

Gianni Infantino a le soutien de Ferguson, Capello et Mourinho

Publié le , modifié le

L'ancien manager de Manchester United Alex Ferguson a annoncé mercredi son soutien au secrétaire général de l'UEFA Gianni Infantino dans la course à la présidence de la Fifa, à l'instar d'autres grands noms du foot comme Jose Mourinho et Fabio Capello.

"Dans mon rôle d'ambassadeur de l'UEFA ces dernières années, j'ai appris à très bien connaître Gianni (...) Je pense qu'il a une bonne discipline professionnelle, la capacité organisationnelle et la connaissance du jeu, et je lui souhaite le succès dans sa quête de la présidence de la Fifa", déclare Sir Alex, 74 ans, dans un message vidéo posté sur le site internet de campagne d'Infantino. "Je suis reconnaissant à Sir Alex de son soutien. Venant de l'un des managers les plus respectés et les plus titrés du football, cela veut dire beaucoup pour moi", a commenté l'Italo-Suisse, âgé de 45 ans. Infantino, qui a déjà reçu les soutiens des confédérations européenne (UEFA) et sud-américaine (Conmebol), est l'un des favoris à la succession de Joseph Blatter, président démissionnaire et suspendu à la suite d'un scandale de corruption.

Figo, Roberto Carlos, Hierro... 

Quatre autres candidats seront en lice pour ce scrutin organisé le 26 février à Zurich: le Cheikh bahreïni Salman, patron de la Confédération asiatique, qui vient de signer un accord de coopération avec la Confédération africaine (CAF), ainsi que trois outsiders, le Prince jordanien Ali, candidat malheureux en mai dernier face à Blatter, le Français Jérôme Champagne, ancien secrétaire général adjoint de la Fifa, et l'homme d'affaires sud-africain Tokyo Sexwale. Le secrétaire général de l'UEFA a présenté lundi son plan pour les premiers 90 jours de sa présidence, s'il est élu, en présence du "Special One" Mourinho, des anciens internationaux portugais Luis Figo, brésilien Roberto Carlos et espagnol Fernando Hierro, ou encore de l'ex-sélectionneur de l'Angleterre Capello.

AFP