George Weah, du PSG à la présidence du Liberia ?

George Weah, du PSG à la présidence du Liberia ?

Publié le , modifié le

L’ancienne vedette du Paris Saint-Germain, George Weah, se présente de nouveau à l’élection présidentielle du Liberia, dont le premier tour se déroule ce mardi. Parmi les 20 candidats qui briguent la succession d’Ellen Johnson Sirleaf, le Ballon d’Or 1995 a ses chances.

Il déplace toujours les foules

Toujours considéré comme un héros dans son pays, chacune des sorties publiques de "Mister George" est un véritable triomphe. Premier -et seul- Ballon d’Or africain en 1995, Champion de France avec le PSG, double Champion d’Italie avec l’AC Milan, George Opong Weah qui portait déjà à l'époque une casquette de Malcolm X, est resté une vraie star, un exemple. A 51 ans, Weah déplace encore les foules, par dizaines de milliers. Il n’était pourtant pas présent pendant la terrible guerre civile (de 1989 à 1996), sa carrière coïncidant avec l’événement qui fera 150 000 morts. Mais Weah, symbole de réussite, a toujours représenté une forme d’espoir pour les Libériens. Passé tout près de la victoire lors d’une élection entachée de soupçons de fraudes en 2005, il s’était retiré de la course à la vice-présidence en 2011, là encore dans un contexte loin d’être transparent.

George Weah s'exprime à Monrovia
George Weah s'exprime à Monrovia

"La voix du peuple"

"Je suis le choix des Libériens, je sais qu’ils vont me choisir", a affirmé Weah au magazine Jeune Afrique. "S’il n’y avait pas eu d’irrégularités, je serais déjà leur président. Les gens veulent du changement et de l’espoir, et cela va arriver." Depuis qu’il a créé son propre parti politique en 2004, l’ancien buteur assure avoir "gagné en expérience". Elu sénateur en 2014 face à un fils de Mme Sirleaf, l’enfant de Monrovia espère cette fois en faire de même, notamment face à l’actuel vice-président, Joseph Boakai, qui semble être son adversaire le plus solide. Ce dernier lui rappelle souvent son absentéisme au Sénat, et un programme trop flou, mais Weah assure qu’il est "la voix du peuple". Face à la corruption et la misère qui gangrènent son pays, il soutient que l’agriculture, l’éducation et la santé sont les priorités.


"Un révolutionnaire humaniste"

L’ancien joueur de Monaco, du PSG ou encore de l’AC Milan sait aussi que sans une bonne équipe, il n’y a pas de victoire possible. Pour cette raison, il a choisi comme colistière Jewel Howard-Taylor. Elle est bien l'ex-épouse de l'ancien chef de guerre et président Charles Taylor, mais reste influente et très appréciée de la population. De même, son passage en Europe alors que son pays se déchirait, a sans doute éveillé en lui une fibre d’homme politique, voire de "révolutionnaire humaniste" comme il aime parfois se décrire. "(…) A l’époque, dans ma tête, je pensais déjà à la politique. Je croyais aux droits de l’homme et je voyais que les gens s’entretuaient", a-t-il raconté. Considéré à ses débuts de footballeur comme un diamant brut, qu’un certain Arsène Wenger a su polir, Weah espère briller en politique comme il a brillé sur les terrains de football. Mais en politique comme pour un match de foot, rien n’est jamais écrit d’avance. Aujourd’hui, plus de deux millions de Libériens vont exprimer leur souhait. Le match ne fait que débuter.

Romain Bonte