Garcia : "On jouera comme d'habitude"

Garcia : "On jouera comme d'habitude"

Publié le , modifié le

"Une finale, ça se gagne", a lancé en conférence de presse l'entraîneur de Lille, Rudi Garcia, alors que son équipe doit absolument battre Trabzonspor, mercredi à domicile, pour voir les 8e de finale de la Ligue des champions. Et le coach des Dogues n'entend pas changer la façon de jouer de son équipe.

-Vous avez besoin d'une victoire pour vous qualifier. Vous envisagez un système offensif ou plutôt un dispositif pour contrôler le match ?
Rudi Garcia : "L'avantage du scénario c'est qu'au moins on n'a pas de questions à se poser. On jouera comme d'habitude. On a plutôt un jeu qui est porté vers l'attaque. On a l'ambition de marquer un but de plus que l'adversaire. On ne va pas changer sur ce match-là".

-Après le doublé Championnat-Coupe de France, vous pouvez écrire une nouvelle page de l'histoire du Losc, c'est important pour vous de marquer l'histoire d'un club ?
R.G: "On n'y pense pas spécialement, on pense surtout à l'opportunité qui est la nôtre de pouvoir se qualifier pour les 8e de finale de la Champion's League. Ca peut être un moment très important pour nous tous, joueurs et staff, c'est surtout ça. On a un groupe de compétiteurs. On sait ce qu'il nous reste à faire. On a joué une demi-finale à Moscou, on n'avait pas d'autre choix que de gagner. On l'a fait. Et demain (mercredi), c'est notre finale. Et, encore une fois, une finale ça ne se joue pas, ça se gagne. On va tout faire pour. Par contre on va l'aborder avec beaucoup de plaisir. On s'est octroyé un bonus depuis Moscou".

-Le meilleur attaquant de Trabzonspor, Yilmaz Burak, suspendu à l'aller, sera là. Est-ce qu'il peut changer leur manière de jouer et qu'apporte-t-il à l'équipe ?
R.G: "Changer leur manière de jouer, non. Par contre, c'est un garçon qui met des buts et qui a toutes les qualités d'un très bon attaquant. Il faudra le surveiller de très près. Mais pas plus".

-On attend une grosse présence de supporteurs turcs au Stadium Nord. L'ambiance à Villeneuve-d'Ascq n'est pas la même en Ligue des champions, cela peut-il être un handicap pour votre équipe ?
R.G: "On découvrira ces choses-là avant le coup d'envoi et au coup d'envoi. Je trouve que contre Moscou on a eu un vrai public qui nous a poussés, certainement aussi parce qu'on a su mener au score (score final 2-2), faire du jeu et donner du spectacle. Ce jour-là le public a été très bien. On peut regretter effectivement que contre l'Inter Milan on n'ait pas eu beaucoup de soutien des spectateurs. (Mercredi) les supporteurs habituels du Championnat qui seront dans le stade joueront un rôle très important. Mais c'est aussi à nous de faire en sorte que ce soit un grand événement".

AFP