Garantie de 40 millions du conseil général du Rhône pour le Grand Stade de Lyon

Publié le , modifié le

Le conseil général du Rhône a voté, malgré les protestations, le principe d'une garantie à hauteur de 40 millions d'euros pour le Grand Stade de l'Olympique lyonnais, en construction, qui doit accueillir des matches de l'Euro 2016.

Le président Michel Mercier  a dû suspendre la séance dans la matinée,  alors que des opposants à sa construction, débutée à Décines près de Lyon,  avaient déployé une banderole proclamant "Non au stade" et scandaient des  slogans hostiles. Pour Michel Mercier, "il s'agit d'aider l'agglomération", présidée par  Gérard Collomb (PS), assurant qu'"une ville comme Lyon a besoin de grandes  infrastructures".

La garantie, qui porte sur une émission obligataire et "jouera peut-être  dans neuf ans" d'après lui, doit aider à "constituer les 200 millions d'euros  de fonds propres ou quasi fonds propres" de la Foncière du Montout, filiale de  l'Olympique Lyonnais maître d'ouvrage du projet. Le groupe de BTP Vinci  participera pour sa part à hauteur de 80 à 100 millions d'euros.  Le coût prévu du Stade des Lumières, pour sa partie sportive, se monte à  381 millions d'euros hors taxes. L'OL Groupe négocie actuellement des prêts  pour 200 millions d'euros auprès de banques.

Julien Lamotte