Ludovic Batelli
Ludovic Batelli | AFP - Deniz Calagan

France/U20: Batelli remercié, règle ses comptes

Publié le , modifié le

Remercié il y a cinq jours de son poste de sélectionneur de l'équipe de France des moins de 20 ans, Ludovic Batelli règle ses comptes en se disant "surpris et déçu" de cette décision. Il regrette la façon dont s'est passé son éviction et surtout le comportement des joueurs. Arrivé à la DTN il y a quatre ans, il avait conduit les -19 ans au titre de champion d'Europe. Il sera remplacé par Sylvain Ripoll à la tête des U20.

"On m'a dit que le contrat qui se terminait fin août n'était pas prolongé. Ça a été une grande surprise et beaucoup de déception", a reconnu le technicien de 54 ans, Batelli a eu un rendez-vous mercredi 28 juin avec le président de la Fédération Noël Le Graët. La discussion a duré "1 minute 30". "Il a été direct, ça ne sert à rien de tourner autour du pot. Il a été franc. Il a décidé de repartir sur un nouveau cycle avec de nouvelles personnes", poursuit le coach. "Ce que je regrette, ce n'est pas ce qu'il s'est passé, c'est surtout que la décision ait été donnée très tardivement. Aujourd'hui, c'est très difficile pour moi de rebondir", a-t-il ajouté, évoquant des prises de contact en France et à l'étranger.

Une décision injuste


A-t-il payé la déception du Mondial-U20 en Corée du Sud, où l'équipe de France, candidate au titre, a été sortie par l'Italie en 8e de finale? "Je trouverais très injuste et très cruel d'avoir été jugé là-dessus quand on sait le peu de choses qui ont été faites autour de la sélection", répond celui qui avait remporté l'Euro avec les U19. "Il n'y a rien qui a été fait, on a laissé le choix aux clubs. On (la Fédération) n'a pas voulu se poser comme étant l'organe suprême décideur et dire que la Coupe du monde U20 était une priorité", déplore-t-il. Nombre de clubs ont préféré garder leurs U20 en fin de saison plutôt que de les mettre à disposition de la sélection.

L'ancien entraîneur d'Amiens ou de Valenciennes dit avoir reçu beaucoup de messages de soutien de ses collègues, mais aucun de la part de ses joueurs. "Cela prouve bien que les joueurs pensent d'abord à leur "gueule" et que le reste, ils n'en ont rien à faire", regrette-t-il.