Thilo Kehrer en présaison sous le maillot de Schalke 04 contre le SCO d'Angers

Football – Ligue 1 : Ce que peut changer l’arrivée de Thilo Kehrer au PSG

Publié le , modifié le

Le jeune Allemand Thilo Kehrer (21 ans) a bien signé au Paris Saint-Germain pour cinq saisons. L’ancien joueur de Schalke 04, encore très méconnu dans l’Hexagone, débarque pour renforcer la défense du champion de France. Reste à savoir ce qu’il peut apporter à l’équipe de Thomas Tuchel.

Le Parc attendait Bonucci, Boateng, il aura finalement le droit à Kehrer. Le Paris Saint-Germain a officialisé ce jeudi la signature de l’international espoirs allemand en provenance de Schalke 04, pour un montant estimé à 37 millions d’euros. Si le nom du joueur de 21 ans n’avait pas circulé parmi le flot incessant des rumeurs de transferts, ce deuxième transfert payant officiel de l’été côté parisien (l’obligation d’achat du prêt de Kylian Mbappé a été actée) ne manque pas de poser de nombreuses questions. Tout d’abord parce que Thilo Kehrer est encore peu référencé au plus haut niveau et suscite donc la curiosité. Mais aussi parce que son arrivée semble pleine de sens pour le champion de France, ce, à bien des égards.

Une rotation sérieuse dans l’axe

A la recherche d’un renfort en défense depuis le début de l’été, Kehrer vient renforcer un des rares secteurs déficients de l’effectif du PSG la saison passée. Si la rotation à trois défenseurs centraux a permis à Presnel Kimpembe de prendre un peu plus de poids et de devenir international, elle ne laissait que peu de place au coup de fatigue, ou pire aux blessures. La problématique aurait même pu être plus grande encore si le parcours européen du club de la capitale ne s’était pas stoppé dès les huitièmes de finale de la Ligue des champions début mars. L’objectif de la C1 toujours prioritaire, compléter ce secteur - jamais comblé depuis le départ de David Luiz en 2016 – était alors nécessaire.

C’est chose faite avec le joueur formé à Stuttgart. Titulaire depuis bientôt un an et demi avec le club de la Ruhr, Kehrer a déjà fait preuve de beaucoup de talent dans un profil de défenseur à la fois technique et rapide. S’il n’a encore jamais disputé la plus grande compétition européenne, ses huit matches de Ligue Europa la saison passée et ses expériences chez les jeunes en sélection allemande lui offrent un vécu à même de tenir un rôle dès cette saison.

Plus de flexibilité tactique

Le joueur francophone possède surtout dans sa manche une carte dont il est le seul à disposer parmi l’arrière-garde parisienne. Kehrer est un défenseur très complet, capable d’évoluer dans de nombreux systèmes de jeu. Le cadeau presque idéal pour Thomas Tuchel, qui pour sa première recrue depuis son arrivée, voit débarquer un compatriote rompu à ses principes de jeu et à ses variations tactiques. Sa nouvelle recrue a ainsi déjà évolué régulièrement dans un système à trois défenseurs, que l’ancien technicien du Borussia Dortmund affectionne particulièrement. Si Tuchel n’a pas encore cédé aux sirènes du 3-5-2 en match officiel, c’est autant par souci de prendre ses marques que par contrainte à cause de nombreuses absences dans ses rangs.

Par sa qualité ballon au pied, Kehrer est fait pour s’épanouir dans un rôle de premier relanceur qu’offre un trident de centraux, d’autant plus qu’il évolue très fréquemment en numéro 6 avec les espoirs de la Mannschaft. Sa grande intelligence tactique sera un atout de poids pour l’entraîneur parisien vis-à-vis de ses adversaires comme elle le sera pour Kehrer dans la hiérarchie des défenseurs centraux du PSG en fonction des pérégrinations de système.

Un concurrent pour Kurzawa ?

L’Allemand pourrait aussi dépanner sur les côtés en cas de besoin, façon rustine de luxe. Droitier, il pourrait permettre à son coach de faire souffler Thomas Meunier en attendant le retour de blessure de Dani Alves aux environs de décembre. Surtout, il pourrait être une alternative crédible à Layvin Kurzawa sur le flanc gauche de la défense. L’ancien Monégasque est probablement le titulaire le plus amovible du 11 de départ parisien et n’a toujours pas pleinement convaincu depuis son arrivée, au point de se faire griller la politesse par Yuri Berchiche la saison passée. Si Kehrer privilégie l’axe, sa qualité de pied gauche lui permet de pouvoir évoluer sur le côté, principalement dans un 3-5-2, un poste qu’il a déjà tenu à plusieurs reprises avec Schalke 04.

Le voir prendre la place de Kurzawa semble très improbable, mais il offre une option supplémentaire au PSG et lui permet surtout "d’économiser" une recrue spécifique à ce poste qui semblait pourtant primordiale au début de l’été. Pas négligeable en période de restrictions liées au respect du fair-play financier.

 

Une arrivée à la Marquinhos

Le transfert, annoncé par les médias allemands à hauteur de 37 millions d’euros a pourtant fait grincer quelques dents. Kehrer ne disposait plus que d’une année de contrat avec le club de la Ruhr et n’a pas (encore) une aura internationale. Mais sa polyvalence et son expérience pour son âge font de lui un bien rare, et donc précieux sur le marché. Surtout que les clubs vendeurs au PSG connaissent la combinaison moyens illimités / désir de grandeur immédiat qui fait des finances parisiennes une cible de choix.

Ne croyez pas pour autant que la décision d’Antero Henrique et son staff confère à la folie. Kehrer possède une marge de progression certaine et va être exposé cette saison. Avec la récente flambée des prix, même chez les défenseurs, le joueur d’outre-Rhin a tout pour voir sa cote augmenter sensiblement dans les années à venir. Cette arrivée n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle de Marquinhos dans la capitale en 2013. Le Brésilien était alors arrivé de la Roma dans un rôle de rotation derrière le duo Thiago SilvaAlex pour apprendre et préparer l’avenir. Aujourd’hui, l’Auriverde est indiscutable par son niveau et rapporterait gros s’il venait à être vendu. Transfermarket l’estime à 55 millions d’euros, l’observatoire du football CIES à 57,6 millions. A la manière de son désormais nouveau coéquipier, Kehrer vient autant renforcer l’effectif de Paris que potentiellement gonfler ses caisses à moyen terme. De quoi joindre l’utile à l’agréable en somme.