Football : l'ex-président du Sporting Club de Bastia jugé le 17 avril pour des chèques frauduleux

Football : l'ex-président du Sporting Club de Bastia jugé le 17 avril pour des chèques frauduleux

Publié le , modifié le

Le tribunal correctionnel de Bastia a repoussé au 17 avril sa décision concernant l'ex-président du Sporting Club de Bastia, Pierre-Marie Geronimi, poursuivi dans une affaire de chèques présumés frauduleux pour un montant estimé à deux millions d'euros. Fin janvier, le ministère public avait requis huit mois d'emprisonnement avec sursis, une amende de 30 000 euros, l'interdiction d'exercer une activité professionnelle en lien avec l'infraction ainsi que d'émettre des chèques autres que pour des retraits ou des chèques certifiés pendant cinq ans.

L'ancien président du Sporting Club de Bastia, Pierre-Marie Geronimi, devra attendre encore un peu. La présidente du tribunal correctionnel de Bastia a mis aux débats la possible requalification des faits en "émission de chèques malgré injonction bancaire" plutôt qu'en "escroquerie". L'enquête vise l'ancien dirigeant pour des chèques présumés frauduleux dont le montant est estimé à deux millions d'euros.

Huit mois de prison avec sursis avaient été requis à son encontre fin janvier, ainsi qu'une amende de 30 000 euros, une interdiction d'exercer une activité professionnelle en lien avec l'infraction et l'impossibilité d'émettre des chèques autres que pour des retraits ou des chèques certifiés pendant cinq ans.

En septembre 2017, il a été condamné dans une autre affaire à deux ans de prison avec sursis et 30 000 euros d'amende par le même tribunal pour avoir utilisé les fonds d'une société pour régler des dettes de jeux, une affaire sans lien avec sa gestion du club.
 

AFP