Football Leaks
. | MAXPPP -Jean-François Frey

"Football Leaks": le parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire

Publié le , modifié le

Le parquet national financier a annoncé mardi avoir ouvert une enquête préliminaire à la suite de la révélation dans la presse des "Football Leaks" qui mettent en cause le recours de certaines vedettes du football aux paradis fiscaux.

Une enquête préliminaire pour "blanchiment de fraudes fiscales aggravées" a été ouverte en France après la révélation dans la presse des "Football Leaks", qui mettent en cause le recours de vedettes du football aux paradis fiscaux, a annoncé mardi le parquet national financier. "A la suite de la publication, les 9 et 12 décembre 2016, d'une série d'articles de presse relatifs aux "Football Leaks", le parquet national financier (PNF) a décidé d'ouvrir le 12 décembre 2016 une enquête préliminaire du chef de blanchiment de fraudes fiscales aggravées, faits susceptibles de concerner des résidents fiscaux français", a indiqué le PNF dans un communiqué, sans plus de détails.

L'enquête a été confiée aux policiers de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff). Les "Football Leaks" sont une série d'enquêtes consacrées aux coulisses du foot-business, à partir de fuites obtenues par l'hebdomadaire allemand Der Spiegel et réalisées par un consortium de douze médias européens, dont le site d'informations français Mediapart.

Dans leurs révélations, les "Footballs Leaks" ont pointé du doigt des soupçons d'évasion fiscale via des montages complexes visant des stars comme l'attaquant du Real Madrid, le Portugais Cristiano Ronaldo, ou les Argentins Angel Di Maria et Javier Pastore, joueurs au PSG. Les "Football Leaks" ont aussi épinglé l'international français Paul Pogba évoluant au Manchester United, qui aurait eu selon Mediapart recours au paradis fiscal des îles anglo-normandes, à l'instigation de son agent Mino Raiola. Dans l'un de ses articles, Mediapart affirme également que, l'équipementier Adidas aurait rémunéré entre 2010 et 2012 l'Argentin Lucho Gonzalez, qui évoluait alors à l'Olympique de Marseille, directement au Panama, un paradis fiscal.

AFP