Le cheikh Mansour, propriétaire de Manchester City.

Football Leaks : la face sombre des investissements du propriétaire de Manchester City

Publié le , modifié le

D'après des révélations de Mediapart dans le feuilleton des Football Leaks, le propriétaire de Manchester City, le cheikh Mansour, aurait volontairement contourné les règles du fair-play financier en injectant lui-même de l'argent dans les sponsors du club. Une manière habile de faire sortir certaines lignes de dépenses, et de continuer son investissement croissant au sein de l'écurie des champions d'Angleterre.

Depuis vendredi dernier, l'élite du foot européen est particulièrement sur le qui vive avec la publication d'une nouvelle salve de documents dans l'affaire des Football Leaks. Déjà sous le feu des premières révélations avec la possible implication de l'UEFA et de l'ancien président français Nicolas Sarkozy, le club anglais de Manchester City se fait à nouveau épingler ce lundi par Mediapart. En cause ? Des investissements secrets du cheikh Mansour, propriétaire des champions d'Angleterre, pour permettre de contourner les règles du fair-play financier.

Des sponsors pilotés et financés par Abu Dhabi

Comme l'explique le média d'investigation, 127,5 millions d'euros auraient été versés en 2012 de la part du cheikh aux sponsors émiratis du club, soit près de l'intégralité des contrats de sponsoring (140 millions d'euros) de ces partenaires. Des pratiques qui perdurent et se renforcent les années suivantes malgré un contrôle accru de la part de l'UEFA. Ainsi en 2015 la compagnie aérienne Etihad - sponsor principal du club et qui donne son nom au stade des Citizens - a versé 67,5 millions de livres alors que seulement 8 millions provenaient réellement de l'entreprise.

Des contrats d'images externalisés mais financés secrètement par le propriétaire de Manchester City

Deuxième étape : l'externalisation de certaines dépenses dans des sociétés écrans à nouveau financées par le cheikh Mansour. Mediapart révèle le nom du projet "Longbow", lancé en 2013, et qui visait à économiser 51,7 millions de livres sur des postes comme les contrats d'image, le secteur médical, les recruteurs... Pour cela, le propriétaire mettait à profit sa holding, "Abu Dhabi United Group"

Manchester City vendait les contrats d'image à une filiale («Manchester City» Football Club (Image Rights) Limited ») qui était vendue le même jour à une banque et permettait de juteux bénéfices. Ensuite, avec changement de nom et montages financiers complexes, l'ancienne filiale devenait "officiellement" la société Fordham, en charge du paiement des contrats d'images des joueurs. Sauf que c'était bien la holding du cheikh Mansour qui mettait les fonds à disposition... Des pratiques qui selon Mediapart n'auraient plus court aujourd'hui même si, en 2017, Fordham existait encore bel et bien.

francetv sport francetvsport