Football : l'ancien gardien de l'équipe de France Bruno Martini est décédé

Publié le , modifié le

Auteur·e : Apolline Merle
Bruno Martini
Bruno Martini sur le banc de Montpellier en 2016 | PASCAL GUYOT / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'ancien gardien international français Bruno Martini, et actuel directeur adjoint du centre de formation de Montpellier, est décédé ce mardi, à l'âge de 58 ans. Victime lundi 12 octobre d'un arrêt cardio-respiratoire, il avait aussitôt été transporté à l'hôpital Arnaud de Villeneuve, à Montpellier. Après 8 jours en soins intensifs, le Bourguignon s'en est allé.

Le monde du football pleure Bruno Martini. L'ancien gardien de l'équipe de France âgé de 58 ans est décédé ce mardi à l'hôpital Arnaud de Villeneuve, à Montpellier. L'originaire de Nevers avait été victime lundi 12 octobre d'un arrêt cardio-respiratoire, au centre d'entraînement de Grammont, dans la proche périphérie de Montpellier. Il avait alors été admis aux soins intensifs. 

De la Bourgogne à l'équipe de France

Bruno Martini, réputé pour sa sobriété et sa discrétion, était un personnage respecté du football français. Ce Bourguignon, né le 25 janvier 1962 à Nevers (Nièvre), a débuté sa carrière à Auxerre en 1981. C'est dans ce club qu'il s'est formé et révélé. Avec l'équipe bourguignonne, sous l'autorité de l'emblématique Guy Roux, il a disputé de multiples épopées en Coupe UEFA, disputant une demi-finale face à Dortmund, et remportant la Coupe de France en 1994 devant Montpellier, qui deviendra par la suite son club dès 1995. C'est d'ailleurs chez les Montpelliérains avec qui il finira sa carrière quatre ans plus tard. Avant d'évoluer au plus haut niveau, il avait glané un beau titre, celui de champion d'Europe Espoir en 1988 au sein d'une génération prometteuse menée par Eric Cantona, Laurent Blanc ou encore Vincent Guérin. Gardien sobre au style très académique, excellent sur sa ligne, il paraissait toujours serein, derrière sa voix grave.

Bruno Martini a surtout marqué de son empreinte le maillot tricolore. Entre 1987 et 1996, il a été sélectionné 31 fois pour porter le maillot bleu. Il avait pris le relais chez les Bleus de Joël Bats, demi-finaliste du Mondial 86 et champion d'Europe, avant de passer la main à un certain Fabien Barthez. Cette petite dizaine d'années passée en équipe nationale lui a valu quelques distinctions comme celles d'être élu gardien européen de l'année en 1991 et étoile d'Or France Football en 1987 et en 1991.

Bruno Martini, alors entraîneur des gardiens de l'équipe de France, avec Steve Mandanda et Fabien Barthez en 2009
Bruno Martini, alors entraîneur des gardiens de l'équipe de France, avec Steve Mandanda et Fabien Barthez en 2009 © AFP - FRANCK FIFE

Encadrant pour seconde carrière

A l'issue de son brillant parcours en tant que joueur, Bruno Martini a intégré la Direction technique nationale, où il a dirigé durant plus d'une décennie (1999-2010) les gardiens tricolores au sein des Bleus que ce soit sous la houlette de Roger Lemerre, Jacques Santini ou Raymond Domenech, et mis en place en 2002 la formation des gardiens de haut niveau. Toujours dans le milieu du ballon rond, il avait quitté ses fonctions à la DTN et rejoint en 2014 le Montpellier Hérault Sport Club. En 2015, après la démission de Rolland Courbis, il prenait en charge l'équipe première du MHSC où il assurait un court intérim au côté de Pascal Baills, avant la nomination de Frédéric Hantz. Bruno Martini, titulaire du diplôme d'entraîneur, faisait toujours partie du MHSC, occupant le poste de directeur adjoint du centre de formation.