Griezmann

Amical : La France revient de loin face à l'Islande (2-2)

Publié le , modifié le

Les champions du monde en titre se sont fait peur. Dominés une mi-temps et menés deux buts à zéro jusqu'à la 86e minute de jeu, les hommes de Didier Deschamps s'en sont remis à Kylian Mbappé pour renverser la situation et recoller au score en toute fin de match, provoquant un csc d'Eyjolfsson (86e) et transformant un penalty (90e).

Les Bleus étaient à un Kylian Mbappé de perdre leur premier match depuis le 23 mars 2018 (Colombie, 2-3). Face à une formation islandaise bien en place et jouant tous les coups à fond, les champions du monde en titre ont été menés dès la 30e minute de jeu suite à un but de Bjanarson puis ont concédé le break par l'intermédiaire d'Arnason (58e). Mais c'était avant que l'attaquant du Paris Saint-Germain n'entre en jeu. En 4 minutes, il a provoqué un but contre-son-camp d'Eyjolfsson (86e) puis a transformé un penalty (90e) pour renverser la tendance. 

Coup de froid à Guingamp

Malgré une domination dès le coup d’envoi du match, ponctuée par 83% de possession au bout de 15 minutes de jeu, les Bleus ont joué trop mou. En manque d'inspiration, ils n'ont pas réussi à trouver de décalages dans le bloc islandais et se sont rendus perméables aux contres adverses. Sur une mauvaise appréciation d’Ousmane Dembélé, Traustason récupère le ballon et file jouer son un face-à-face avec Hugo Lloris. Mais sa frappe, trop molle, ne pose pas de problème au gardien français. Rebelote 5 minutes plus tard, Finnbogason tente d’ajuster le capitaine des Bleus qui bouchait bien son angle (10e). 

Sans aucun tir cadré en plus de 30 minutes, malgré plusieurs tentatives d’Antoine Griezmann (19e,36e), Paul Pogba (23e) et Ousmane Dembele (12e, 25e), les signes n'étaient pas bons. Après un bon pressing, Finnbogasson vole le ballon à Kimpembe au niveau du drapeau de corner. L’avant-centre islandais élimine Lucas Digne d’un beau crochet intérieur puis adresse un centre en retrait en direction de Bjanarson. Ce dernier reprend en une touche et place parfaitement le ballon au ras du poteau d’Hugo Lloris qui ne peut que l’effleurer d’une main pas assez ferme (30e). Cette ouverture du score est le 10e but pour Bjanarson sous son maillot national.

Rebelote en seconde mi-temps. Les Bleus ne trouvaient pas de solution, malgré la soufflante de Didier Deschamps dans le vestiaire. Mis à part une tête d’Antoine Griezmann (54e) et l’exploit individuel de Florian Thauvin - qui fêtait sa première titularisation en équipe de France -, qui a vu la lucarne se dérober d’un rien sur une frappe sèche de l’extérieur de la surface (52e). La défaillance des champions du monde était bien trop criante pour ne pas que les Islandais en profitent. 

Sur un ballon mis en corner par Presnel Kimpembe côté gauche, Arnason devance le défenseur parisien pour placer une tête puissante juste sous la transversale d’Hugo Lloris et inscrit son 6e but sous le maillot islandais (58e).

Kylian Mbappé, une entrée qui change tout

Sur le banc au coup d'envoi à cause d'une gène à la cuisse, le jeune attaquant du Paris Saint-Germain a fait son apparition sur la pelouse du Stade Roudourou de Guingamp dans la foulée du break islandais (60e). Apportant sa vitesse, il a changé le cours du match. Suite à une interception de Tanguy Ndombele, qui fêtait sa première apparition sous le maillot bleu, Kylian Mbappé déclenche un centre fort en direction du point de penalty, repoussé par le gardien adverse... sur le visage d'un Eyjolfsson malheureux, qui a vu le ballon rentrer dans ses propres filets (86e). 

Puis, à la toute fin du temps réglementaire, sur un corner de Dimitri Payet, l'arbitre du match, M. Martins, accorde un penalty aux Bleus pour une main de Sigthorsson dans la surface. La pépite française s'empare du ballon et trompe Halldorsson d'une lourde frappe dans la lucarne gauche (2-2, 90e) pour sauver la France d'une première défaite en tant que championne du monde en titre... et inscrire son 10e but en 25 sélections, le plus haut total d'un joueur français avant 20 ans.

Réactions : 

Tanguy Ndombélé (milieu de l'équipe de France): "Ils nous ont amené sur un faux rythme. Après on va retenir qu'on est revenu au score, c'est ça le plus important. (sur son entrée en jeu pour sa première sélection) Je suis entré sans appréhension, surtout qu'on perdait 2-0 donc c'est encore plus facile de rentrer dans un match pareil".

Kylian Mbappé (attaquant de la France): "On ramène le nul, on ne perd pas, mais on s'en veut quand même un peu. (Sur sa carrière, comparaisons avec Cristiano Ronaldo, Lionel Messi) C'est différent, c'est une époque différente. A l'époque, avec Cristiano, Messi, les stats n'étaient pas aussi importantes, c'était plus le jeu qui primait. Maintenant les stats ont pris plus d'importance. Je ne me compare pas à eux. Après voilà, c'est une belle vie. Il faut continuer, se donner les moyens qu'elle soit encore meilleure". 

Lucas Digne (défenseur de l'équipe de France): "A partir du moment où on est menés au score, c'est plus compliqué contre ces équipes-là. Ils étaient plus agressifs que nous. Quand on met pas les ingrédients c'est plus compliqué. Après, on a su réagir et l'entrée de Kylian nous a beaucoup aidés. Il est sur les deux buts. Quand on a un joueur de cette qualité là dans l'effectif, c'est considérable. Il apporte énormément et on sait qu'il est capable de faire la différence à tout moment. C'est un atout indéniable et c'est incroyable de pouvoir compter sur lui."

Leo Anselmetti @LeoAnselmetti