Football : la fédération américaine supprime l'interdiction de s'agenouiller durant l'hymne

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Megan Rapinoe s'agenouille lors de l'hymne américain, avant un match entre les USA et les Pays-Bas, le 18 septembre 2016.
Megan Rapinoe s'agenouille lors de l'hymne américain, avant un match entre les USA et les Pays-Bas, le 18 septembre 2016. | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La fédération américaine de football (USSF) a officiellement abrogé samedi sa règle controversée interdisant aux joueurs de s'agenouiller pendant l'hymne national, après un vote de l'ensemble de ses membres, lors de son assemblée annuelle.

Plus de quatre ans après, Megan Rapinoe est parvenue à faire plier le genou à sa fédération. Petit rappel des faits : lors d'un match international en septembre 2016, la star de l'équipe américaine s'était agenouillée pendant l'hymne, en solidarité avec l'ancienne star de la NFL Colin Kaepernick, qui l'avait fait un mois plus tôt pour dénoncer les violences policières sur les Noirs. 

Loin d'avoir plu à l'USSF (United States Soccer Federation), ce geste de la championne du monde avait suscité un tollé au sein de l'instance qui avait décidé d'introduire, en 2017, une règle - numérotée 604-1 - interdisant aux joueurs et joueuses de s'agenouiller pendant l'hymne national. Une directive pour la moins controversée qui a pris fin ce samedi.

à voir aussi Etats-Unis : Megan Rapinoe soutient Colin Kaepernick Etats-Unis : Megan Rapinoe soutient Colin Kaepernick

L'USSF revoit enfin sa copie

L'année dernière, le conseil d'administration de l'USSF s'était positionné en faveur de son abrogation, déclarant que cette règle était mauvaise et qu'elle reflétait l'incapacité de la fédération à répondre aux préoccupations des Noirs et des autres minorités. Le vote qui s'est tenu ce samedi lors son assemblée annuelle est venu confirmer cette nouvelle prise de position : 71% des électeurs ont voté pour, 29% contre.

L'année dernière, l'instance a fait face à une pression croissante pour revoir sa copie après les protestations nationales déclenchées par la mort de George Floyd, cet homme noir asphyxié lors de son interpellation à Minneapolis.

AFP