Ronald Koeman a frôlé "le pire" pendant la crise du coronavirus

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Ronald Koeman.
Le Néerlandais Ronald Koeman | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le sélectionneur des Oranje Ronald Koeman a expliqué à la télévision néerlandaise avoir "frôlé le pire" durant la crise sanitaire liée au Covid-19. Cardiaque, celui-ci a fait un malaise quelques semaines après l'annulation d'un rendez-vous chez son cardiologue, qui ne pouvait assurer l'entretien en raison du virus.

"J'ai eu de la chance". Le sélectionneur des Pays-Bas Ronald Koeman, qui s'est expliqué à la télévision néerlandaise, n'y va pas par quatre chemins : il a frôlé la mort ces dernières semaines. Cardiaque, l'annulation d'un rendez-vous chez son cardiologue en pleine crise du Covid-19 a bien failli lui être fatal quelques semaines plus tard, où il a fait un malaise.

"Mon rendez-vous a été reporté en raison du coronavirus. A présent, je me demande combien de personnes ne sont plus en vie car un tel rendez-vous a été reporté", a déclaré Koeman. "Aux soins intensifs, tout était fixé sur le coronavirus. Dans ma famille, il y a souvent eu des problèmes cardiaques. C'est pourquoi j'avais pris un rendez-vous pour le 19 mars. Il a été annulé. Oui, avec les conséquences que l'on sait."

"Je suis rentré cassé à la maison, j'avais des douleurs à la poitrine, j'étais tout blanc et commençais à transpirer. J'ai pensé: ce n'est pas bon. Il était "moins une", j'ai frôlé le pire"

Début mai, Koeman, 57 ans, a ressenti des douleurs à la poitrine, au terme d'une sortie à vélo. Il a été transporté en ambulance à l'hôpital à Amsterdam, où il a été soigné. "Je suis rentré cassé à la maison, j'avais des douleurs à la poitrine, j'étais tout blanc et commençais à transpirer. J'ai pensé: ce n'est pas bon. Il était "moins une", j'ai frôlé le pire".

Le sélectionneur des Oranje indique qu'il est toujours resté conscient et s'est rapidement senti mieux. "Depuis, je suis retourné chez le cardiologue et tout va bien. Je réalise que j'ai eu de la chance", a-t-il conclu.

AFP