Foot: le pape François a rendu hommage au "poète" Maradona dans la presse italienne

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Rencontre entre le pape François et Diego Maradona

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le pape François a réagit à la disparition de la légende du football Diego Maradona, mort le 25 novembre à 60 ans, en le qualifiant de "poète sur le terrain", dans une interview fleuve consacrée au sport et publiée samedi dans La Gazzetta dello Sport en Italie.

"C'était un grand champion qui a apporté de la joie à des millions de gens, en Argentine comme à Naples", a déclaré le souverain pontife argentin, au sujet de son compatriote, qui a aidé le club du sud de l'Italie à conquérir ses deux seuls titres de champion d'Italie (1987 et 1990) et l'Argentine à gagner le Mondial-1986. "Il était aussi un homme très fragile", a également ajouté le pape François qui avait rencontré Maradona en 2014 à Rome lors d'un "match pour la paix". Le chef de l'Église catholique a également assuré avoir prié pour le défunt et envoyé un chapelet à sa famille, accompagné de mots de réconfort.

Le pape prône la reconnaissance de l'effort

Dans cet entretien, le pape, supporter de San Lorenzo, un club de Buenos Aires, a par ailleurs dressé des parallèles entre le sport et ses convictions, dénonçant les "champions riches", devenus "mous, presque des bureaucrates de leur sport". "Personnellement, je pense qu'un peu de faim est le secret pour ne jamais se sentir repu, pour maintenir en vie cette passion qui, en tant qu'enfants, les a fascinés", a-t-il estimé

Le sport est pour François marqué par les victoires de ceux, nombreux, qui "ont de la sueur sur le front" sur ceux qui sont nés "avec le talent dans leur poche". Le souverain pontife a enfin fustigé le dopage, "pas seulement une triche, mais un raccourci qui réfute la dignité" avant d'ajouter : "Aucun champion ne se construit dans un laboratoire. C'est arrivé parfois et on ne peut pas être sûr que cela ne se reproduira pas, même si on espère que non! Mais avec le temps, on fera la différence entre les talents originels et ceux qui ont été construits: un champion naît et se renforce à travers l'entraînement". Le dopage reviendrait "à voler à Dieu l'étincelle qu'il a donné, par ses chemins mystérieux, à certains d'une manière particulière et en plus grande quantité." 

"Mieux vaut une défaite propre qu'une victoire sale", a finalement conclu le pape François.

AFP