FK Slutsk, la popularité ambiguë d'un club biélorusse

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Le premier match de la saison du FK Slutsk, en bleu, contre le Slavia Mozyr
Le premier match de la saison du FK Slutsk, en bleu, contre le Slavia Mozyr | Vasily Fedosenko / Reuters

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Depuis plus d’un mois, le championnat de football biélorusse bénéficie d’une popularité inespérée en raison de la suspension des autres compétitions liée à l’épidémie de coronavirus. Les rencontres sont suivies à travers le monde entier par des parieurs en manque, mais également par de nouveaux supporters qui se prennent d'affection pour certains clubs. Parmi eux, un est plus suivi que les autres : le FK Slutsk, leader actuel de la Vysshaya Liga, dont le nom est à l'origine de sa popularité grandissante.

Ce dimanche, c’est avec une confiance décuplée que les joueurs du FK Slutsk accueilleront la lanterne rouge de la Vysshaya Liga, Belshina, à l’occasion de la 6e journée du championnat de Biélorussie. Depuis le début de la saison le 19 mars dernier, ce modeste club de la ville de Sloutsk, qui n’a jamais fait mieux que 7e en championnat, réalise un parcours inespéré. Avec trois victoires, un nul et une défaite en cinq matches, le FK Slutsk occupe la première place de la Vysshaya Liga.

Ce bon début de saison, les joueurs du FK Slutsk le doivent à eux-mêmes… mais également à des milliers de supporters dispersés aux quatre coins du globe. "C’est un véritable conte de fées, témoigne Vitaly Trubilo, l’arrière gauche du FK Slutsk. C’est une belle surprise et nous avons l’impression de vivre un rêve éveillé !" Depuis la suspension des compétitions liée à l’épidémie du nouveau coronavirus, le championnat biélorusse est l’un des derniers dans le monde à se poursuivre. Avec Taïwan, le Turkménistan, le Nicaragua et le Tadjikistan, il est celui dont le niveau footballistique est le plus élevé. Résultat : les parieurs et les supporters en manque de ballon rond se sont rués sur la Vysshaya Liga, ce qui a mis sous le feu des projecteurs les clubs qui y évoluent.

à voir aussi Malgré la crise sanitaire, le football se poursuit dans ces pays où l'autoritarisme règne Malgré la crise sanitaire, le football se poursuit dans ces pays où l'autoritarisme règne

Le nom du club à l'origine de cette nouvelle popularité

Mais parmi les seize équipes de la compétition, le FK Slutsk est de loin celui qui a le plus gagné en popularité ces dernières semaines. Encore très loin du niveau du BATE Borisov, l’ogre du championnat biélorusse, le FK Slutsk détonne chez les supporters anglophones de par son nom, proche de l’insulte slut. Loin de se vexer, le club profite désormais de cette notoriété issue d'un groupe d'amis australiens. "Avec des amis, c’est le premier club biélorusse qu'on a vu jouer et le nom nous a fait beaucoup rire", s’amuse Ilario Finis, basé à Adélaïde. "Quand le football s’est arrêté partout, on a cherché un championnat pour parier et on a regardé le match du FK Slutsk. Après avoir fait pas mal de blagues pendant le match, on s’est dit qu’on allait créer une page Facebook."

Le FK Slutsk Worldwide voit le jour et est partagé sur un autre groupe australien. "Le lendemain matin, on comptait déjà plusieurs centaines de personnes dessus", s’étonne encore Ilario Finis. Aujourd’hui, la communauté continue de croître et compte près de 5000 supporters, qui viennent "d’Allemagne, d’Angleterre, des États-Unis et même de Biélorussie". Le buteur du FK Slutsk, Artem Serdyuk, est également membre du groupe et continue de réagir aux montages photos réalisés par ses nouveaux fans après son doublé lors de la 1re journée. Touché par cette popularité grandissante, le FK Slutsk a créé une page pour que les joueurs puissent interagir avec les supporters. "Il est important que ces nouveaux fans se sentent impliqués dans le club. Malheureusement, nous ne pouvons pas leur proposer de produits dérivés pour le moment mais nous essayons de communiquer avec eux via un groupe Facebook", explique le président du FK Slutsk, Vitali Bunos.

Sponsor en danger, les supporters à la rescousse

"Le club a raison d’utiliser cette chance de devenir plus connu. Et c’est super sympa de pouvoir communiquer avec nos nouveaux fans !", s'enthousiasme Vitaly Trubilo, qui affirme que les bons résultats du club s’expliquent par ce soutien inattendu. "Bien sûr que nos résultats sont dus à ces nouveaux supporters. Ça nous donne de la force de se savoir suivis. On travaille beaucoup plus dur pour démontrer nos qualités." Ce que confirme Muhammed Umar Bala, milieu de terrain nigérian du club : "On a l'impression qu'on est les meilleurs joueurs du championnat en ce moment grâce à ce soutien, et le fait d'avoir de plus en plus de supporters à chaque match nous aide énormément."

Mais l’implication des fans est allée bien plus loin que ce que le FK Slutsk pouvait espérer. Un supporter basé aux États-Unis a ainsi créé un hymne pour le club, qui est dorénavant joué avant chaque rencontre à domicile. "On a également appris que le sponsor principal avait eu des soucis judiciaires et que le club avait par conséquent d’importants problèmes financiers", explique Ilario Finis. Avec les autres administrateurs du groupe FK Slutsk Worldwide, l’Australien s'est ainsi mobilisé pour organiser une collecte de dons, dont l’ensemble des fonds sera reversé au club biélorusse. Près de 3 500 dollars (3 240 euros) ont été collectés jusque-là.

"Je sens que mon niveau de russe s'améliore"

Ce dimanche, Ilario Finis suivra le match du FK Slutsk contre Belshina, comme depuis le début de la saison, malgré les neuf heures de décalage horaire entre la Biélorussie et l’Australie. "On a l’habitude de regarder du football tard la nuit", souligne Ilario Finis, qui se rend sur YouTube pour regarder ces matches parfois commentés : "Je sens que mon niveau de russe s’améliore (rires)". Alors que les autres championnats de football devraient reprendre progressivement dans les semaines et les mois à venir, Vitaly Trubilo sait que l’intérêt pour la Vysshaya Liga va décliner mais le latéral gauche du club et ses coéquipiers souhaitent "représenter le championnat du mieux qu’[ils] le peuvent". Le président du club Vitali Bunos veut croire de son côté que cet intérêt pour le FK Slutsk "n'est pas quelque chose de temporaire. En faisant des efforts, nous pouvons fidéliser ces supporters."

Ilarios Finis, qui fait partie des fans étrangers de la première heure, l’assure : "Ça change de pouvoir interagir avec le club et ses joueurs donc je vais continuer à suivre le FK Slutsk, en parallèle de mes deux autres clubs favoris, la Lazio de Rome et Adélaïde United. Et la prochaine fois que j’irai en Europe, je ferai évidemment un petit détour par la Biélorussie et Sloutsk". De ce nom dont la traduction en anglais a amusé un groupe d'amis australiens à cette promesse, une amitié s'est liée entre des milliers de nouveaux supporters et tout un club. Pour Vitaly Trubilo, il ne reste plus qu'une chose à faire : "Je veux voir nos supporters étrangers venir chanter notre nouvel hymne dans notre stade !". Le rendez-vous est pris.

à voir aussi À Taïwan, la reprise du sport met en évidence la bonne gestion de l'épidémie de coronavirus À Taïwan, la reprise du sport met en évidence la bonne gestion de l'épidémie de coronavirus