Michel Platini
Michel Platini, le président de l'UEFA | AFP - NIKOLAY DOYCHINOV

FIFA: Platini décidera au Mondial

Publié le , modifié le

Depuis longtemps annoncé comme possible candidat pour la présidence de la FIFA, Michel Platini a indiqué qu'il prendrait une decision "lors ou après le Mondial 2014" au Brésil. Le président de l'UEFA, dont le bilan à la tête de l'instance européenne est jugée plutôt positif, pourrait prendre la suite de Sepp Blatter, en poste depuis 15 ans.

Depuis 2007, Michel Platini est le président de l'UEFA. Après avoir été conseiller spécial de Sepp Blatter à l'issue de la Coupe du monde 1998 qu'il avait co-organisée avec Fernand Sastre, il pourrait se remettre dans les pas de l'actuel président de la FIFA, pour prendre sa succession. C'est le destin que beaucoup lui prédisent, mais il n'a pas encore tranché: "Je n'ai pas encore décidé de ce que je ferai à l'avenir et je m'accorde  encore quelques mois de réflexion. Je prendrai ma décision lors ou après la  Coupe du monde 2014 au Brésil, pas avant", a-il déclaré alors qu'il  prenait la parole au début d'un meeting stratégique de l'UEFA à Dubrovnik devant les 54 présidents ou secrétaires généraux des Fédérations composant l'UEFA. "J'aime profondément et viscéralement l'UEFA et ce serait un déchirement  pour moi de choisir une autre route, mais en même temps la question se pose,  elle revient sans cesse et elle est légitime. C'est la  raison pour laquelle il est important pour moi de prendre le temps qu'il faut  afin de ne pas me tromper. Par ailleurs, les élections ne sont que dans deux  ans (en 2015, ndlr) et je pense qu'il serait égoïste de ma part d'en faire un  sujet de discussion ou de débat maintenant, alors que le football connaît des  problèmes bien plus importants que ma petite personne".

Depuis plusieurs mois, l'ancien N.10 de la Juventus se pose comme l'un des grands adversaires de Blatter, notamment sur le dossier de l'arbitrage vidéo ou sur le cas du Mondial-2022 au Qatar. Le Français milite depuis longtemps contre l'apport de la vidéo et a intégré le principe de l'arbitrage à cinq dans les compétitions européennes, contrairement au Suisse qui a beaucoup poussé pour intégrer la technologie de la vidéo sur la ligne de but. Sur la Coupe du monde 2022, le président de l'UEFA réclame anciennement son déplacement à l'hiver compte-tenu des températures au Qatar, suggestion à laquelle s'est rallié dernièrement le président de la FIFA. Sa volonté d'imposer le fair-play financier aux clubs européens contraste forcément avec les affaires de corruption qui ont émaillé la longue présidence de Blatter, qui hésite à se représenter pour un nouveau mandat.

Clairement, Michel Platini a de l'influence, il a le respect des gens du terrain, et il peut avoir l'ambition de briguer la FIFA. Mais il n'est pas encore décidé: "Je dois me convaincre, comme je me suis convaincu de briguer la présidence  de l'UEFA, que j'ai envie d'aller à la Fifa", disait-il voici quinze jours. "L'UEFA et la Fifa, ce n'est pas le même monde (...) Je dois me convaincre que c'est mon destin", ajoutait-il, "même si c'est vrai qu'aujourd'hui, j'ai la légitimité pour aller à la FIFA."