Jérome Valcke
Jérome Valcke | SEBASTIEN BOZON / AFP

Fifa: Jérôme Valcke, secrétaire général, limogé

Publié le , modifié le

Le Français Jérôme Valcke, secrétaire général de la Fifa, a été licencié mercredi par l'instance suprême du football, après avoir déjà été relevé de ses fonctions en raison de sa mise en cause dans une affaire de revente de billets au marché noir. Valcke, ancien bras droit du président Joseph Blatter lui-même suspendu pour 8 ans, avait été relevé de ses fonctions le 17 septembre. Le Français risque une suspension de 9 ans de toute activité liée au football.

En plus des 9 ans de suspension requis le 5 janvier, la justice interne de  la Fifa avait réclamé contre l'ex-N2 une amende de 100.000 francs suisses  (92.165 euros). Le juge instructeur de la Fifa avait également demandé que sa  suspension provisoire de 90 jours infligée le 8 octobre soit prolongée le 5  janvier de 45 jours. Cette suspension est donc toujours en vigueur et va au-delà de son poste de  secrétaire général, puisqu'elle lui interdit toute activité liée au ballon rond.

Relevé de ses fonctions le 17 septembre

Le Français est accusé d'avoir violé plusieurs articles du code d'éthique  de la Fifa, en se rendant coupable notamment de conflit d'intérêts, d'avoir  offert ou accepté des cadeaux et autres avantages ou d'avoir refusé de  collaborer, selon la justice interne de la Fifa. La chambre d'instruction de la commission d'éthique de la Fifa "a choisi  d'ignorer la conduite exemplaire de Jérôme Valcke et ses extraordinaires  contributions durant son long mandat de secrétaire général", avait protesté le  5 janvier Harry Berke, l'avocat américain de Valcke, dans un communiqué  transmis à l'AFP. L'ancien journaliste de Canal+ avait été relevé de ses fonctions "jusqu'à  nouvel ordre" le 17 septembre suite à sa mise en cause par la presse anglaise. Les médias britanniques avaient fait état d'un système qui aurait permis au  Français de recevoir des commissions dans le cadre d'une opération de revente  sur le marché noir de milliers de places lors de la dernière Coupe du monde au  Brésil, en 2014.

AFP