FIFA logo
Le ciel s'assombrit au dessus de la FIFA | FABRICE COFFRINI / AFP

Fifa: Coca-Cola et McDonald's demandent à Sepp Blatter de démissionner

Publié le , modifié le

Coca-Cola et McDonald's, deux des plus gros sponsors de la Fifa, plongée dans un vaste scandale de corruption, ont demandé vendredi à Sepp Blatter, 79 ans, le président de l'instance internationale de football, de démissionner "immédiatement". Malgré cet appel, Blatter à fait savoir par son avocat qu'il ne démissionnera pas de son poste.

"Pour le bien du jeu, la compagnie Coca-Cola demande au président de la Fifa Joseph Blatter de démissionner immédiatement afin qu'une procédure de réforme crédible et viable puisse sérieusement commencer", écrit par exemple le producteur de boissons non-alcoolisées dans un communiqué. "Les événements des dernières semaines ont continué de ternir la réputation et diminué la confiance du public en son leadership", déplore de son côté le fabricant du célèbre hamburger "Big Mac". "La Fifa a besoin d'une réforme globale et urgente et ceci ne peut être accompli qu'à travers une véritable approche indépendante", renchérit Coca-Cola.

"Pas de démission pour Blatter"

L'intéressé a donc fait savoir par la voix de son avocat qu'il ne démissionnerait pas dans l'immédiat. "Si Coca-Cola est un sponsor apprécié de la Fifa, M. Blatter est, malgré tout son respect, en désaccord avec sa position (...) Il ne démissionnera pas", a indiqué dans un communiqué son avocat, Richard Cullen. Depuis le 27 mai et l'arrestation de plusieurs hauts responsables du  football mondial dans un hôtel à Zurich (Suisse), sous l'impulsion de la  justice américaine, sur fond de soupçons de corruption à grande échelle, la  Fifa vit au rythme des révélations et des scandales.

M. Blatter, président démissionnaire, est visé personnellement depuis fin  septembre par une procédure pénale suisse pour un versement présumé illégal de  2 millions de francs suisse (1,8 million d'euros) en faveur de Michel Platini,  président de l'UEFA (fédération européenne de football) et favori jusqu'ici à  sa succession. Le Valaisan, président de la Fifa depuis 1998, avait remis son mandat à  disposition le 2 juin jusqu'à de nouvelles élections le 26 février.
 

AFP