Sepp Blatter
Le président de la FIFA, Sepp Blatter | AFP - MICHAEL BUHOLZER

FIFA: Blatter briguera un nouveau mandat

Publié le , modifié le

A la tête de la Fédération internationale (FIFA) depuis 1998, Sepp Blatter a annoncé son intention de rester à la présidence de l'institution. A 78 ans, le Suisse a fait cette annonce dans le quotidien suisse Blick: "Oui, je veux continuer". "Mon mandat touche peut-être à sa fin, mais ma mission n'est pas terminée". Parfois critiqué, Blatter briguerait un cinquième mandat, lors de l'élection qui aura lieu en 2015.

Après les 24 ans de Joao Havelange, Sepp Blatter pourrait se rapprocher du record du Brésilien. S'il est réélu à la tête de la FIFA, au terme de son prochain mandat, il aura passé 21 ans à la présidence. Lui qui en 1994, au temps où il était secrétaire général de la FIFA, disait au journal allemand Bild, "23 ans à la FIFA, c'est assez"... Entré à la FIFA en 1975 alors qu'il avait 39 ans, initiateur notamment des Coupes du monde féminines et des moins de 20 ans, il est devenu président de la FIFA en 1998, deux jours avant le début de la Coupe du monde en France, organisée notamment par l'un de ses proches, Michel Platini. 

Les deux hommes pourraient être opposants l'année prochaine pour ce poste. L'actuel président de l'UEFA ne cache pas depuis un moment faire l'objet de sollicitations pour se lancer dans la bataille. Ses prises de positions sont de plus en plus ouvertement opposées à celles de Sepp Blatter, et il affiche une certaine confiance dans ses chances d'accéder au sommet. Mais il l'a toujours dit: il donnera sa décision lors de la Coupe du monde au Brésil. La décision du Suisse d'être de nouveau candidat peut-elle avoir des répercussions sur sa décision ?

Des affaires pénalisantes ?

Régulièrement critiqué ces dernières années, Sepp Blatter compte sur la stabilité de l'institution pour y rester. Les accusations de corruption, notamment dans les affaires avec la société marketing ISL mise en faillite en 2001 ou lors des attributions des Coupes du monde, voire de ses propres élections comme en 1998 ou en 2011, mais aussi ses dénis sur le dopage, ont été au coeur des problèmes relayés par ses opposants. La polémique autour de la période de la tenue de la Coupe du monde au Qatar en 2022 demeure encore un gros dossier à gérer pour lui. Après avoir voulu maintenir l'épreuve en plein été, sous de très fortes chaleurs, il est désormais plus favorable à la placer en hiver, ce qui obligerait l'ensemble des fédérations internationales et nationales à modifier leur calendrier et leur saison. L'actuelle organisation du Mondial au Brésil, avec ses retards et les nombreux bras de fer entre les autorités brésiliennes et la FIFA, posent aussi de nombreux soucis à sa présidence. Tout cela peut-il peser à l'heure des votes, l'année prochaine ? "Sepp" Blatter s'est fermement opposé au sein de la Fifa à l'instauration  d'une limite d'âge pour la présidence, une question qui reviendra sur la table lors du congrès de l'organisation à Sao Paulo, avant le Mondial. Est-ce pour cela que Joseph Blatter ne veut pas encore officialiser totalement sa candidature ?

Pour le moment, un seul candidat a dévoilé sa candidature: le Français Jérôme Champagne, 55 ans, vice-secrétaire général de l'organisation. Mais cet ancien diplomate a reconnu lui-même qu'il ne "pense pas pouvoir  battre" "Sepp" Blatter, dont il fut le conseiller.