Jean-Michel Aulas sur le site du stade des Lumières à Décines
Jean-Michel Aulas sur les lieux du futur Grand Stade | JEFF PACHOUD / AFP

Feu vert pour le Grand Stade de Lyon

Publié le , modifié le

Le financement du Grand Stade de l'Olympique lyonnais, le fameux "Stades de Lumières" projet lancé début 2007 qui a connu de nombreuses péripéties, est désormais bouclé et les travaux débuteront "à l'été", a annoncé OL Groupe samedi dans un communiqué. La société foncière chargée de la réalisation de cette enceinte de 60.000 places a signé les contrats de crédit bancaire ainsi que les contrats obligataires nécessaires pour boucler le budget de 405 millions d'euros.

Une garantie du Département 

Le montage financier, au point mort pendant des mois, a été débloqué le 19 juillet par le vote, par le conseil général du Rhône, d'une garantie financière de 40 millions d'euros sur l'un des emprunts obligataires de l'OL. Votée une première fois fin 2012, cette garantie avait été retirée fin mai, faute de précisions sur le schéma de financement de ce complexe sportif flanqué d'hôtels, immeubles de bureaux, centre de loisirs et "centre médical dédié au sport".

L'articulation financière du projet comprend 135 millions d'euros de fonds propres, un financement obligataire de 112 millions d'euros, un total de dettes bancaires et location financière de 144,5 millions, ansi que des revenus garantis pendant la phase de construction pour environ 13,5 millions.

Un accouchement difficile

Ce projet a été très compliqué à mettre en mouvement du fait des difficultés légales qui sont intervenues, et des oppositions de collectifs ou d'associations qui se sont exprimées, sans compter la méfiance des populations estimant que le coût allait être trop élevé pour les contribuables. Soutenu malgré tout par les responsables politiques, le projet de l'OL va donc voir le jour sur la commune de Décines.
Celui-ci s'inscrit dans la volonté général des dirigeants de clubs de vouloir disposer de leurs propres infrastructures pour adosser d'autres activités commerciales et rentables à leurs installations. Même si cette précipitation a parfois des conséquences néfastes sur le plan économique comme sur celui des résultats, les clubs ne pouvant pas investir à la fois dans le foncier et dans le sportif: on l'a vu avec Grenoble ou encore Le Mans.

A Lyon, sans doute considère-t-on que les conditions de potentiels économique et démographique du territoire sont réunies pour réussir. Les  derniers obstacles financiers étant levés, le feu vert est donc donné pour le le Grand Stade qui devrait mis en service au cours de la saison 2015/2016, ce qui lui permettrait à l'agglomération d'accueillir l'Euro 2016 de football

Christian Grégoire