Fair-play financier: le PSG échappe aux sanctions, mais va devoir vendre

Fair-play financier: le PSG échappe aux sanctions, mais va devoir vendre

Publié le , modifié le

Le Paris Saint-Germain a échappé aux foudres de l'instance du contrôle de l'UEFA, qui a considéré qu'il est resté dans le cadre fair-play financier (l'obligation de ne pas franchir la barre de 30 millions d'euros de déficit sur les trois dernières saisons) mais pour ne pas se mettre en défaut, et rester dans le déficit acceptable, le club parisien n'échappera pas à la nécessité de vendre pour au moins 60 millions d'euros.

Selon le communiqué de l'UEFA, "cette décision de ne pas infliger de sanctions au PSG, fait suite à l'examen des contrats et une analyses des comptes d'exploitation. Et après l'ajustement des valeurs de sponsoring, sur la base des évaluations des performances, les résultats restent dans ce qui est acceptable pour les trois dernières années".  Mais ajoute l'instance européenne, avec les écarts enregistrés après l'impact des transferts de l'été dernier, "et dans le respect du seuil de rentabilité pour 2018" le club "restera sous surveillance étroite et fera l'objet d'un examen approfondi dans les prochaines semaines".

60 millions à trouver

Le PSG peut donc respirer car il ne sera pas sanctionné. Mais il n'est pas totalement tranquille pour autant, car il reste en difficulté sur l'actuel exercice comptable. En tout  état de cause, il devra alléger sa masse  salariale et faire rentrer de l'argent. D'ici le 30 juin, il va donc devoir vendre pour faire renter 60 millions d'euros dans ses caisses, s'il ne veut pas que l'autorité financière de l'UEFA ne le rappelle une nouvelle fois à l'ordre.

France tv sport @francetvsport