Eusebio
L'ancienne star du football portugais, Eusebio, s'est éteint dans la nuit | PATRICIA DE MELO MOREIRA - AFP

Eusebio est mort

Publié le , modifié le

L'agence de presse portugaise, Lusa, citant le Benfica Lisbonne, annonce la mort de l'ancienne star du football portugais, Eusebio à l'âge de 71 ans. Eusebio da Silva Ferreira était âgé de 71 ans. Il est mort d'un arrêt cardio-respiratoire, a précisé le club.

C'est une légende du football portugais et mondial qui s'est éteinte dans la nuit de samedi à dimanche. Eusebio da Ferreira, dit Eusebio, le meilleur joueur de l'histoire du football portugais, ballon d'or en 1965 a tiré sa révérence à Lisbonne, là ou il a joué l'essentiel de sa carrière. Au coeur de années 1960, Eusebio était considéré comme le meilleur attaquant du monde. Au Portugal, il avait inscrit 317 buts en 301 matches disputés et a longtemps détenu le record de buts en Ligue des Champions. Avec la sélection portugaise, il a disputé 64 matches pour 41 buts.

Un joueur respectueux et respecté

C'est avec le Benfica Lisbonne qu'il a effectué la plus grande partie de sa carrière, remportant 11 titres de champion du Portugal et la Coupe d'Europe des Clus champions en 1961. En 1966, il réussit une grande Coupe du monde, conduisant sa sélection à la 3e place en terminant meilleur buteur avec neuf réalisations. Surtout, Eusebio était respecté pour son attitude irréprochable sur le terrain. Toujours fair-play, enclin à féliciter le gardien adverse pour un bel arrêt, représentait le football à visage humain qui disparaît peu à peut aujourd'hui. Né à Lourenço-Marquès (ancien nom de Maputo, la capitale du Mozambique), Eusebio débarque au Portugal à l'âge de 18 ans, repéré par le Benfica Lisbonne. Très vite, sa vitesse et ses qualités technique font fureur et permettent au Benfica d'être Champion d'Europe dès 1961. Eusebio a, comme Pelé en son temps, terminé sa carrière dans la ligue de football américaine avant de mettre un terme à sa carrière en 1979, à l'âge de 37 ans.

Bloqué par le régime de Salazar

Alors qu'il espère pouvoir quitter le Portugal pour exporter son talent à l'étranger, il est interdit d'exil par le régime autoritaire d'Antonio Salazar. De fait, Eusebio cumule les titres nationaux. En 1965, il est le premier joueur de couleur noire à remporter le Ballon d'or. Meilleur buteur du tournoi avec neuf réalisations, Eusébio est également  considéré comme le meilleur joueur de la compétition. Son record de 41 buts en 64 matches pour la "Seleçao" ne sera battu qu'en 2005, par Pedro Pauleta. A la fin de sa carrière, il devient ambassadeur pour le Benfica et est toujours présent lors des grands rendez-vous.

"Eusebio manifestait des signes de grande fragilité ces derniers temps, mais je ne m'attendais pas du tout à une telle issue", a relevé Joao Malheiro, auteur de la biographie "Eusebio - mon histoire", qui lui a parlé au téléphone la semaine dernière pour convenir d'un déjeuner. Eusebio avait été déjà hospitalisé plusieurs fois en raison de divers  problèmes de santé. Fin juin 2012, il avait été interné à l'Hôpital da Luz de Lisbonne à Lisbonne à la suite d'un accident vasculaire cérébral (AVC) avant de quitter l'établissement une dizaine de jours plus tard. En 2004, il avait grandement participé à l'organisation de l'Euro, chez lui au Portugal. "Il n'est pas seulement l'une des grandes figures du football, mais également du Portugal. Eusebio c'est le Portugal", a dit l'entraîneur José  Mourinho à la télévision publique RTP. "J'ai grandi avec Eusebio et Amalia Rodrigues", la diva du fado disparue en 1999, "comme les grands symboles du Portugal. Ils sont simplement immortels",  a-t-il ajouté.

C'est une immense perte pour le football portugais et mondial. Une légende s'en va.