Patrice Evra
Patrice Evra | MIGUEL RIOPA / AFP

Patrice Evra et l'OM c'est fini !

Publié le , modifié le

Le couperet est tombé pour Patrice Evra, auteur d'un coup de pied sur un supporter de l'OM avant un match d'Europa League à Guimaraes et exclu avant même le coup d'envoi, une première dans la compétition. L'arrière international de Marseille a été sanctionné d'une suspension de toutes compétitions européennes jusqu'au 30 juin 2018 par l'UEFA. Dans la foulée, son club officialisait une séparation à l'amiable avec le joueur.

Ce n'est "pas un comportement acceptable, et pour le joueur, et pour les supporters, avait indiqué l'actionnaire de l'OM Frank McCourt au sujet de cet échange houleux entre Evra et les supporters à Guimaraes. Ce n'est pas quelque chose que nous pouvons tolérer à l'OM, c'est aussi simple que ça". "Il est vraiment dommage de voir un grand joueur comme Patrice pousser jusqu'à un tel comportement", a ajouté l'homme d'affaires américain, englobant l'attitude des supporters insultants dans son reproche.

Le lendemain de son coup de pied, Evar avait été mis à pied par son club. Dimanche contre Caen (5-0) le divorce était officialisé par les supporters, qui l'ont insulté en chansons et ont déployé des banderoles sans appel: "Tu t'es cru au-dessus de l'institution OM (...) Evra casse-toi". L'aventure se termine pour "Tonton Pat" qui ne rejouera plus en Ligue Europa cette saison et devra s'acquitter d'une amende de 10.000 euros. Quant à le revoir sous maillot de l'OM, là aussi la décision est tombée. "Le contrat du joueur est officiellement résilié avec effet immédiat", a ainsi communiqué l'OM quelques minutes après l'annonce de l'UEFA.

"Aujourd'hui, il y a de la tristesse. Pour Patrice Evra d'abord, qui a bien évidemment compris toutes les conséquences de son geste et qui ne pourra plus exercer sa passion à l'Olympique de Marseille", a déclaré le président de l'OM, Jacques-Henri Eyraud, cité dans le communiqué du club. "Pour les supporters marseillais ensuite, qui sont stigmatisés à cause du comportement irresponsable d'une poignée d'entre eux. Pour l'institution enfin, dont la réputation est entachée alors qu'elle a fait de l'exemplarité des comportements de tous un des socles essentiels de son projet de relance", a poursuivi M. Eyraud.