Mlada - OL
Alexandre Lacazette et l'OL débutent leur campagne européenne par un périlleux déplacement en République Tchèque. | AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES

Lyon, une tradition et des questions

Publié le , modifié le

L’Olympique Lyonnais débute officiellement la saison 2014/2015 ce jeudi, par un périlleux déplacement sur la pelouse du Mlada Boleslav (19h), à l’occasion du troisième tour préliminaire de l’Europa League. La jeunesse lyonnaise devra se montrer prête à faire honneur au statut du club sur la scène européenne et ainsi éviter une sortie de route prématurée, qui ferait à coup sûr désordre entre Rhône et Saône.

Après avoir arraché in extremis la cinquième place de la Ligue 1 lors du dernier exercice, l’OL partira favori dans cette affiche à priori déséquilibrée mais qui pourrait se transformer en match piège. Surtout si les Lyonnais en venaient à balbutier leur football, face à une formation qui n’a certes rien d’une terreur mais qui n’aura rien à perdre. En effet, le Mlada Boleslav, troisième du dernier championnat Tchèque, a parfaitement débuté sa saison en éliminant au deuxième tour les Bosniens de Brijeg (2-1, 4-0), puis en remportant sa première rencontre dans une compétition domestique (1-0 face à Vysocina Jihlava). Mais surtout, il est resté dans les mémoires pour s’être payé le scalp de l’Olympique de Marseille, il y a près de huit ans de cela, au premier tour de la Coupe de l’UEFA (0-1, 4-2).

Un adversaire modeste mais pas totalement inconnu

Dans ses rangs, les Lyonnais retrouveront trois jeunes français, partis cet été pour tenter l’aventure en Bohême. Et parmi eux, deux joueurs passés par le centre de formation de l’AS St-Etienne, en la personne de l’attaquant Florian Milla Makongo (petit-fils de la cousine de la gloire camerounaise Roger Milla) et du défenseur Florian Thalamy (20 ans tous les deux).  « C’est vrai que c’est un peu bizarre mais excitant aussi. Lyon est une équipe contre laquelle je jouais souvent en équipes de jeunes. A Saint-Etienne, on nous a inculqués qu'il fallait toujours gagner face à Lyon. Pour moi, c'est une motivation supplémentaire, j'ai des amis qui seront à Gerland, j'y aurai aussi toute ma famille », s’est enthousiasmé le premier.

Le troisième, Donneil Moukanza (23 ans), évoluait il y a peu à l’AS Valence (CFA), après des débuts au sein de la réserve de l’AS Nancy-Lorraine. Nul doute que tout ce petit monde aura à cœur de briller pour attirer l’œil des recruteurs français. Quant à l’entraineur, Karel Jarolim, il connait bien notre pays pour y avoir joué au début des années 1990 (à Rouen puis à Amiens), puis entraîné dans les années 2000 (à Strasbourg, en tant qu’adjoint d’Ivan Hasek). "Pour moi, c'était une expérience de vie. J'aime beaucoup la France, j'y ai passé six belles années. Et jusqu'à nos jours, je continue à suivre systématiquement le foot français", a estimé ce grand francophile. La méfiance est donc de mise pour les protégés du président Aulas.

Un OL sur ses gardes et sans repères

Surtout que le bilan de l’OL face aux équipes d’Europe centrale lors de confrontations directes n’incite guère à l’optimisme. Si l’an passé les Gones avaient pris la mesure du Viktoria Plzen en huitièmes de finale (4-1, 1-2), l’histoire européenne de l’OL reste marquée par deux échecs cinglants face à ce type de formations. Ainsi, en 1999, le Lyon plein d’ambitions des Anderson et Vairelles avait été sèchement défait par les Slovènes de Maribor, au troisième tour préliminaire de la Ligue des Champions (0-1, 0-2). Trois ans plus tard, c’était au tour d’un autre club tchèque, le Slovan Liberec, de mettre fin aux espoirs lyonnais en Coupe de l’UEFA (1-1, 1-4).

Jusqu’ici, les hommes d’Hubert Fournier ont disputé quatre rencontres amicales, dont le bilan demeure plutôt encourageant (2 victoires, un nul et une défaite). "Nous nous sentons prêts à reprendre la compétition car nous avons eu des échéances assez costaudes en affrontant de bonnes équipes en amical. Les joueurs reviennent petit à petit et nous continuons à progresser", a affirmé le capitaine et milieu Maxime Gonalons, à la veille de ce premier rendez-vous. Face au Mlada Boleslav, l’OL participe à la trentième Coupe d’Europe de son histoire, la dix-huitième de rang, avec un effectif jeune et plutôt inexpérimenté.

Si l’on est en mesure d’attendre beaucoup des Umtiti, Gonalons et autres Lacazette, certains comme Nabil Fekir ou Mohammed Yattara connaîtront vraisemblablement ce soir leur première expérience européenne. Récemment prolongés, ces deux joueurs à vocation offensive représentent déjà le présent de l’ancien septuple champion de France, contraint de faire confiance à ses jeunes pousses, dans un contexte de réduction drastique de la masse salariale.

Si le nouvel entraîneur peut compter sur les recrues Rose et Jallet, il devra se passer des services de Fofana (opéré à la cheville), Dabo (genou), Grenier (adducteurs) et Gourcuff (reprise). Pour son premier match européen en tant qu’entraîneur (lui aussi !), Fournier devrait reconduire le 4-4-2 en losange instauré par Rémi Garde. L’ancien défenseur de l’OL s’attend à une rencontre fermée et musclée, en espérant que ses protégés seront en mesure de répondre au défi physique imposé par les Tchèques, après un mois d'une préparation lourde et intensive. Réponse ce soir au coup de sifflet final.

L’équipe probable : A.Lopes – Jallet, B.Koné, Bisevac, Umtiti – Ferri, Gonalons (cap.), Malbranque – Fekir – Lacazette, M.Yattara.

Thomas Moulin @Thomas_Moulin