Lyon a dominé Troyes (0-5)
Les joueurs lyonnais félicitent Memphis Depay auteur d'un triplé | FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Ligue Europa - Lyon - Everton : répondre au défi physique, pas à la provocation

Publié le , modifié le

Lyon peut quasiment assurer sa place pour les 16e de finales de la Ligue Europa ce soir en cas de victoire face à Everton (19 h00). Les coéquipiers de Nabil Fékir, vainqueurs à l'aller face aux Toffees (2-1) dans un match houleux, tenteront de répondre à l'engagement physique des joueurs de la ville de Liverpool. Deuxièmes avec 5 points derrière l'Atalanta (7 points), les Lyonnais partent favoris face au dernier du groupe (1 point et aucune victoire).


Lyon peut faire un grand pas vers la qualification pour les 16es de finale de la Ligue Europa en battant Everton, ce soir au Groupama Stadium (19 h, 4e journée), à condition de rivaliser athlétiquement sans tomber dans les pièges de l'équipe anglaise.

A l'aller, peu après l'heure de jeu, le capitaine des Toffees, Ashley Williams, avait expédié dans les panneaux publicitaires le gardien Anthony Lopes, qui venait de bloquer le ballon, déclenchant une bagarre générale entre les joueurs des deux équipes. Des supporters, dont l'un avec un enfant dans les bras, avaient également donné quelques coups aux Lyonnais, Williams, de son côté, échappant à l'exclusion en ne recevant qu'un avertissement, comme Bertrand Traoré.

"Cette bagarre nous a fait sortir du match", avait regretté l'entraîneur Bruno Genesio. "On connaît le style de jeu des Anglais, leur attitude. Je suis bien placé pour en parler. Ils sont nerveux et il ne faudra pas tomber dans leur piège", commente le milieu Lucas Tousart. "Il sera impératif d'être présent dans les duels, le combat, et de relever le défi athlétique. Everton sera présent dans le jeu long pour exploiter le deuxième ballon. Nous sommes avertis", prévient, pour sa part, l'entraîneur-adjoint, Gérald Baticle.

Koeman limogé

De son côté, Lopes, aux premières loges sur l'incident du match aller, affirme être "totalement passé à autre chose". "Ce sont des faits de jeu qui arrivent quelquefois. Je n'ai pas eu peur mais j'étais extrêmement déçu et choqué. L'agression d'Ashley Williams, ça arrive. Le plus dur est de ne pas répondre et de rester concentré", assure-t-il. "Je ne pense pas qu'Everton s'appuiera là-dessus car les Anglais ont besoin des trois points et nous, nous avons besoin de gagner pour nous qualifier pour les 16es de finale le plus tôt possible. Ce sera à nous d'être concentrés et s'il y a provocation, il faudra ne pas répondre", insiste-t-il.

Car en s'imposant (2-1) à Everton le 19 octobre après deux résultats nuls contre Apollon Limassol (1-1) et l'Atalanta Bergame (1-1), Lyon s'est mis dans de bonnes dispositions en vue de la qualification, qui serait presque acquise en cas de nouvelle victoire. Lors de la prochaine journée, l'OL recevra Apollon Limassol avant de défier l'Atalanta en Italie, avec peut-être la première place en jeu. Mais en attendant, Genesio doit aussi préparer un derby, dès dimanche à Saint-Etienne.

A l'inverse, Everton, dernier de la poule avec un seul point, doit absolument s'imposer à Lyon pour espérer franchir le cap de la phase de poules. Si l'Olympique lyonnais, revenu par ailleurs à la 3e place de la Ligue 1, semble dans une bonne dynamique actuellement avec quatre victoires consécutives en championnat et coupe d'Europe, la situation de l'autre club de Liverpool est bien plus délicate. Dix-huitième en Premier League, les Toffees ont changé d'entraîneur depuis le match aller : le Néerlandais Ronald Koeman a été limogé au profit de son adjoint, David Unsworth, intérimaire en attendant l'arrivée d'un nouveau technicien qui pourrait être Sean Dyche, actuellement à Burnley (2e div. anglaise).

AFP