Olympique de Marseille
L'OM rêve d'une qualification en demi-finale de la Ligue Europa. | PHILIPPE LAURENSON / DPPI

Ligue Europa : L'OM face à son grand rendez-vous européen

Publié le , modifié le

Ce soir, l'Olympique de Marseille affronte le RB Leipzig en quart de finale retour de la Ligue Europa. Les Olympiens, défaits au match aller (1-0), sont dans l'obligation de s'imposer avec deux buts d'écarts pour se qualifier. Mais cette rencontre est aussi la première grande soirée européenne depuis le rachat du club par Franck McCourt. Pour l'occasion, le stade Vélodrome sera bien présent derrière son équipe. Une équipe qui enregistre le retour de l'un de ses joueurs cadres : Florian Thauvin.

Marseille a donc rendez-vous avec l’histoire. Son histoire. Ce soir (21h05), les Olympiens vont vivre le premier grand rendez-vous européen de l’ère Franck McCourt. Un an et demi après le rachat par l’homme d’affaires américain, l’OM n’aura pas perdu de temps pour se refaire une place sur la scène européenne. Une réputation continentale que les Phocéens avaient perdu ces dernières années, entre une élimination en phase de poule de Ligue Europa (2012-2013), le zéro pointé historique pour un club français en Ligue des Champions (2013-2014) et sa défaite en 1/16e de finale de la « petite » coupe d’Europe contre Bilbao (2015-2016). Et surtout, les Marsellais n’ont jamais enchaîné, grâce à la Ligue 1, deux qualifications de rang en coupe d’Europe sur les quatre dernières saisons. Alors, ce ¼ de finale est l’occasion rêvée pour l’OM d’affirmer son retour, déjà entrevu en championnat.

« Si nous avons un stade plein, nous pouvons renverser des montagnes »

Le match aller peut laisser des regrets aux joueurs de Rudi Garcia (défaite 1-0). D’autant que des occasions pour marquer ce précieux but à l’extérieur, il y en a eu ! Mais pour compenser ce retard - ils doivent gagner avec deux buts d'écart, les Olympiens auront un atout de poids : leur stade Vélodrome. Le record d’affluence de la saison devrait tomber, celui du nombre de supporters pour un match européen à Marseille aussi : exit les 60 410 fans réunis lors de la réception du PSG (le 22 octobre), ainsi que les 58 897 entrées enregistrées lors de la demi-finale retour de coupe de l’UEFA conte Newcastle, en 2004. Ce sont plus de 61 000 âmes bleu et blanche qui garniront les travées d’une enceinte prête à rugir. Et qui ne demande qu’à vibrer à nouveau. Rudi Garcia en est conscient. Après le match aller, le coach marseillais l'a annoncé : l’atmosphère pourrait faire la différence. « Au retour, si nous avons un Vélodrome plein, on sait que nous pouvons renverser des montagnes. On a encore toutes nos chances et ce sera une toute autre ambiance pour l’adversaire. J’espère qu’il y aura une ambiance du tonnerre pour mette à mal cette équipe de Leipzig. »

Florian Thauvin tentera d'enflammer le Vélodrome pour son retour.
Florian Thauvin tentera d'enflammer le Vélodrome pour son retour. © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

14 ans sans demi-finale européenne

Mais pour ce challenge, Luiz Gustavo ne pourra pas compter sur tous ses coéquipiers : Steve Mandanda est toujours éloigné de sa cage, victime d’une lésion aux ichios ; Adil Rami souffre d’une déchirure au mollet ; Rolando n'est toujours pas dans le groupe, touché au tendon d’Achille. Alors, pour ce qui est l’un des matches les plus importants de la saison olympienne, Rudi Garcia va devoir bricoler et peut-être reconduire Gustavo en défense centrale, aux côtés du jeune Kamara. Une association qui a, malgré la défaite, donné satisfaction la semaine dernière en Allemagne. Le manque d’efficacité connu à la Red Bull Arena pourrait être compensé par le retour dans le 11 de départ de Florian Thauvin. Et en face, le bourreau du match aller, Timo Werner, ne prendrait pas part à la partie...

Un effectif un peu diminué, une position défavorable pour se qualifier, mais un match à domicile, dans un stade plein, avec le retour du meilleur buteur et passeur du club… L’équilibre est fragile à l’aube de ce ¼ de finale retour. Reste à faire pencher la balance vers La Canebière, qui n’a plus connu de dernier carré européen depuis le 6 mai 2004, contre Newcastle. Un match qui a forgé la légende continentale marseillaise. A l’OM, version 2017-2018, d’écrire la sienne.