Ben Arfa

Ligue Europa : Rennes et Bordeaux pour sauver l'honneur

Publié le , modifié le

Le Stade Rennais et les Girondins de Bordeaux sont les derniers clubs français à garder une (petite) chance de se qualifier pour les 16e de finale la Ligue Europa. Le bilan global de Marseille, Bordeaux et Rennes et d'une victoire (de Rennes) pour deux nuls... et neuf défaites. Si Marseille a déjà dit adieu à ses chances de qualifications, Rennes et Bordeaux n'ont pas dit leur dernier mot.

La campagne des clubs Français en Ligue Europa depuis septembre frise le catastrophique. Les balbutiements de Bordeaux ne surprennent pas outre mesure. Les Girondins ont attaqué la saison avec un effectif affaiblit, notamment par le départ du Brésilien Malcom pour Barcelone, et déstabilisé par le limogeage du technicien argentin Gustavo Poyet en Août. La surprise vient plutôt du naufrage prématuré de Marseille, finaliste sortant de la compétition, qui semblait avoir de solides arguments pour enchaîner une deuxième belle campagne. Mais les Phocéens se sont pris les pieds dans le tapis d'entrée contre l'Eintracht Francfort (1-2) et n'ont pas réussi à redresser la barre, ne gagnant pas le moindre match. La débâcle peut en partie s'expliquer par des absences sur blessures en début de saison, et des mondialistes (Thauvin, Rami, Mandanda) hors sujet. L'OM semble repartir de l'avant en Ligue 1 avec deux victoires lors des deux derniers matches, et un "Flotov" de nouveau décisif, mais le mal est fait, les hommes de Rudy Garcia ne verront pas les 16e de finale. Rennes figure comme la seule équipe ayant remporté un match dans la compétition, parmi les clubs français. Mais la victoire à domicile face à Jablonec masque des prestations irrégulières, comme en Ligue 1. 

Rennes a besoin d'un miracle...

 Les hommes de Sabri Lamouchi ont besoin d'un certain concours de circonstance pour voir les 16e de finale, mais surtout, ils ont besoin de remporter leurs deux matches, le premier à Jablonec jeudi, le second contre Astana au Roazhon Park le 13 décembre. Si le Dynamo Kiev s'impose à Astana ce jeudi, deux victoires de Rennes qualifieraient les Bretons automatiquement. En revanche, si Astana s'impose contre Kiev, les Rennais devront gagner leur deux matches en espérant que Kiev s'incline contre Jablonec le 13 décembre. Et enfin, si Ukrainiens et Kazakhs se quittent sur un match nul jeudi, Rennes devra s'imposer avec au moins deux buts d'avance contre Astana en décembre... Pas une mince affaire, mais rien d'impossible, le plus gros défi étant de renverser Astana, actuel leader du groupe K. 

Le groupe de Rennes pour le déplacement à Jablonec

La première étape passe donc par la République Tchèque jeudi, contre une modeste équipe que les Rennais ont battu (2-1) en septembre. Ils restent sur trois matches sans défaite en Ligue 1, avec un match nul arraché sur le terrain de Montpellier, troisième du championnat. Si les équipiers d'Hatem Ben Arfa s'inclinent, c'en sera terminé des espoirs bretons en Ligue Europa.

... tout comme Bordeaux

Pour les Girondins, l'équation est plus complexe encore : ils doivent s'imposer à domicile contre le Slavia Prague en maximisant leur différence de buts, espérer des mauvaises prestations de Copenhague, puis miser sur une défaite du Slavia à domicile face au Zénit Saint-Pétersbourg lors de la prochaine journée. Si Rennes et Bordeaux n'atteignent pas le miracle, il en sera fini des clubs français en Ligue Europa. Sauf en cas de reversement de Lyon ou Paris en C3. 

Névil Gagnepain