Sabri Lamouchi, entouré d'Hatem Ben Arfa, Benjamin André, Ramy Bensebaini et Gerzino Nyamsi
Sabri Lamouchi, entouré d'Hatem Ben Arfa, Benjamin André, Ramy Bensebaini et Gerzino Nyamsi | PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Ligue Europa : Rennes, nouvelle ère pour une première

Publié le , modifié le

Auteur d’un des mercato les plus excitants de l’Hexagone, le Stade Rennais retrouve la Ligue Europa ce soir face aux Tchèques du FK Jablonec, sept ans après sa dernière apparition européenne. Face au petit poucet du groupe, l’objectif est simple pour les hommes de Sabri Lamouchi : s’offrir une première victoire en phase de poules d’une coupe d’Europe.

Une clameur comme Rennes n'en avait plus connu depuis longtemps. Peu avant le coup d’envoi de Rennes-Bordeaux le 2 septembre dernier, la dernière recrue du mercato estival rennais s’avance sur la pelouse du Roazhon Park, brandissant son maillot rouge et noir floqué du N°18 sous l'ovation d'un public déjà conquis. Signera signera pas, après plusieurs jours de suspense, Hatem Ben Arfa régalera finalement bien les supporters du dernier cinquième de Ligue 1. De quoi ravir le président Olivier Létang. "Dans l'histoire du Stade Rennais, est-ce qu'il y a eu beaucoup de joueurs de la qualité d'Hatem, avec ce parcours, qui sont arrivés dans ce club ? Je ne pense pas." Signe d’un nouveau tournant du côté de l’Ille et Vilaine, et d’un club habitué au statut de loser qui essaye de se donner les moyens de ses ambitions.

Car outre Ben Arfa, le club breton a vu débarquer du beau monde sur les bords de la Vilaine. Les arrivées de Clément Grenier, Mbaye Niang, Damien Da Silva ou encore celles des promesses Rafik Guitane et Romain Del Castillo ont fait du mercato rennais l'un des plus prometteurs de France. Ajoutez à tout ça une jeunesse qui ne demande qu'à s'exprimer (Sarr, Bourigeaud, Léa-Siliki, Gélin...) et vous obtenez le meilleur effectif rennais de ces dix dernières années. "Ce que je veux, c'est que tous les supporteurs du Stade Rennais soient fiers de cette équipe. Il me semble qu'avec le mercato qu'on a réalisé, nos supporteurs peuvent être fiers", rayonnait Olivier Létang après la signature de Ben Arfa.

Un vrai succès personnel pour l’ancien directeur sportif du PSG, dix mois après une révolution de palais au sein du club breton qui a vu le duo René Ruello à la présidence et Christian Gourcuff sur le banc laisser place au tandem Létang-Lamouchi. Une révolution sans heurt en moins d’un an, au sein d’un club sur lequel le regard est en train de changer comme l’a confié Ben Arfa lui-même. "Aujourd’hui, le Stade rennais est passé dans une autre dimension."

Sabri Lamouchi : "Entrer dans l’histoire du club"

Une mutation vers le haut qui passe désormais par un bon parcours européen. Placé dans un groupe K loin d’être insurmontable, Rennes va s’offrir un petit road-trip dans l’est de l’Europe. Plus de 10 000 km cumulés pour aller défier Jablonec (République Tchèque), Kiev (Ukraine) et Astana (Kazakhstan), pas une mince affaire pour des Bretons qui devront néanmoins légitimement viser l’un des deux tickets pour les seizièmes de finale.

Pour ça, il faudra vaincre les vieux démons du club dans les compétitions européennes. Car le bilan breton est pâle, très pâle dès qu’il s’agit de s’extirper des phases de poules. 14 matches pour 9 défaites, 5 nuls et aucune victoire en trois participations (deux Coupe de l'UEFA et une Ligue Europa). Sabri Lamouchi le sait, "une victoire et une qualification nous permettraient de rentrer un petit peu dans l’histoire du club et surtout de vivre des choses que seule la Coupe d’Europe peut procurer." De quoi aborder avec appétit la réception de Jablonec au Roazhon Park ce jeudi, et lancer pour de bon le Stade Rennais sur les routes européennes.