Adil Rami (Marseille) aux prises avec Munas Dabbur (Salzbourg)
Adil Rami (Marseille) aux prises avec Munas Dabbur (Salzbourg) | AFP - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Ligue Europa - Marseille - Salzbourg: la demie du changement ?

Publié le , modifié le

Sept mois après leur défaite en Autriche (1-0) lors du match aller en poule, les Marseillais retrouvent Salzbourg en demi-finale aller de la Ligue Europe. Dans un stade Vélodrome à guichets fermés, où personne en Europe ne s'est imposé depuis le 1er octobre 2015 (Slovan Liberec), l'OM rêve de faire une partie du chemin menant à la finale. Ce qu'aucun club français n'a réalisé depuis... Marseille lors de la saison 2003-2004. Ce serait alors sa 3e finale dans cette compétition, une première pour une formation de Ligue 1.

Changements de joueurs pour cette "belle"

Lorsque Marseille a croisé la route de Salzbourg pour la première fois cette saison, c'était le 28 septembre. Un voyage en Autriche pour une défaite (1-0) au terme d'un match fermé. A l'époque, l'équipe marseillaise pointait en 5e position de la Ligue 1, à 5 longueurs du 2e, avec 2 défaites et 1 nul en 7 rencontres. A Salzbourg, Rudi Garcia avait aligné: Pelé - Evra, Rami, Rolando, Sarr - Kamara, Luiz Gustavo, Lopez - Sanson, Germain, Thauvin. Lors du match retour, le 7 décembre (0-0), l'OM était 4e de Ligue 1, à égalité de points avec le 2e, comptant 2 défaites et 5 nuls et 16 rencontres. L'équipe alignée: Mandanda - Sakai, Rolando, Rami, Sarr - Luiz Gustavo - Anguissa - Sanson, Lopez, Ocampos - Njie

Ce jeudi soir, l'OM s'avance avec une 4e place de L1, à un point de la 2e pour 5 défaites et 9 nuls en 34 rencontres. Evra parti, Mandanda et Sakai blessés, le trio Thauvin-Payet-Ocampos devenu incontournable, et Mitroglou transformé en serial-buteur, l'équipe de Rudi Garcia n'aura pas le même visage.

A Salzbourg, le titre de champion est presque acquis. Deux défaites en 31 matches, 70 buts inscrits en championnat, l'équipe a fait pétiller son football. Et elle n'a perdu qu'une fois sur la scène européenne cette saison (4-2 à la Lazio), après avoir pourtant croisé l'OM, la Real Sociedad et le Borussia Dortmund. "C'est une équipe qui est jeune, joueuse, qui presse sans cesse", analyse Valère Germain, l'attaquant marseillais. Elle pourrait néanmoins se passer d'Amadou Haidara, l'un de ses jeunes talents, douteux sur blessure.

 

Des quarts retours renversants

Marseille et Salzbourg ont un point commun: avoir renversé des situations improbables en quarts de finale.

Après avoir perdu à Rome (4-2) contre la Lazio, les Autrichiens s'étaient imposés une semaine après, à domicile (4-1), avec notamment trois buts en quatre minutes à l'entame du dernier quart-d'heure. Pour Marseille, après la défaite (1-0) à Leipzig, la décision s'est faite après l'heure de jeu, lorsque Dimitri Payet avait marqué le 4e but de son équipe, synonyme de qualification alors que Leipzig en avait marqués deux. Le résultat final (5-2) avait fait chavirer le Vélodrome. L'entraîneur de l'OM se passerait bien d'un suspense identique.

L'histoire des clubs français à changer

La saison passée, Lyon n'avait pas réussi à passer l'Ajax Amsterdam en demi-finale de cette Ligue Europa. C'était la première fois depuis l'OM en 2004 qu'un club français atteignait le dernier carré de cette compétition. Ils sont nombreux à s'être cassés le nez sur cette épreuve, souvent prise à la légère dans l'Hexagone. Depuis la finale marseillaise en 2004, 63 campagnes tricolores se son soldées par des éliminations avant l'acte ultime.

Dans l'histoire, ils ne sont que trois à avoir atteint la finale: Bastia, le premier en 1978 (dans l'ancienne Coupe UEFA), Bordeaux, en 1996, et Marseille, le seul à l'avoir déjà réalisé à deux reprises (1999 et 2004). 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze