La joie de Florian Thauvin
La joie de Florian Thauvin sur le 1er but marseillais | Boris HORVAT / AFP

Ligue Europa : Marseille domine Salzbourg et s'ouvre les portes de la finale

Publié le , modifié le

Marseille a pris une belle option sur la qualification en finale de la Ligue Europa en s’imposant lors de la demi-finale aller contre Salzbourg (2-0). Portés par un stade Vélodrome en fusion, les joueurs de Rudi Garcia ont maîtrisé leur sujet, malgré quelques frayeurs. Dimitri Payet et Florian Thauvin ont encore été décisifs. Il reste désormais à l’Olympique de Marseille à confirmer son bon résultat du soir, jeudi prochain lors du match retour, pour s’ouvrir les portes de la finale à Lyon.

Quelle ne fût pas l’explosion de joie au Vélodrome et sur le Vieux Port lorsque M. Collum, l’arbitre de la rencontre, a libéré les Marseillais. 62 312 âmes bleu et blanche en extase, réunies dans l’enceinte du boulevard Michelet - record d'affluence battu -, tout comme les amoureux de l’Olympique de Marseille ou les simples supporters du dernier représentant français en coupe d’Europe. Pour ce rendez-vous attendu avec impatience depuis 15 jours dans l’Hexagone, les Ultras avaient prévu le coup, avec notamment un tifo rappelant celui de la demi-finale de la coupe de l’UEFA contre Newcastle en 2004… la dernière fois où l’OM était arrivé dans le dernier carré du compétition continentale. Mais aussi beaucoup, beaucoup de décibels...

Payet, Thauvin et Sarr comme piliers

Et comme face au club anglais il y a 14 ans, les Phocéens se sont imposés 2-0 sur leur pelouse. Pas de doublé de Didier Droga cette fois, mais deux passes décisives pour Dimitri Payet. La première, sur un coup-franc à l’entrée de la surface, déposé sur la tête de Florian Thauvin qui place, aidé de la main il faut le dire, le ballon dans la cage d’un Alexander Walke impuissant (18e, 1-0). Sur le deuxième but, l’international français est lancé en profondeur sur le côté gauche par Clinton N'Jie. Décalé, le milieu de terrain remet à ras-de-terre pour son coéquipier qui n’a plus qu’à conclure (64e, 2-0). Et dire qu'il était sur le banc moins de trois minutes auparavant !

Un résultat logique pour des Marseillais qui avaient démarré tambours battants cette demi-finale, à l’image du quart-de-finale retour contre Leipzig, comme avec ce coup-franc rapidement joué par Dimitri Payet à l’entrée de la surface, pour Kostas Mitroglou, finalement hors-jeu (3e). De manière générale, le jeu olympien aura penché à droite, porté par un Bouna Sarr et un Florian Thauvin des grands soirs. Le latéral droit a été le meilleur dribbleur de la rencontre (7 dribbles réussis) devant… son coéquipier (5 dribbles réussis). C’est aussi durant le premier acte que les joueurs de Rudi Garcia ont été les plus dangereux, avec 6 tirs tentés (sur 8), pour 2 cadrés.

A contrario d’une équipe de Salzbourg qui aura donné quelques sueurs froides après le retour des vestiaires, même si Dabbur (26e) et Stefan Lainer (29e) s’étaient procurés des occasions en première mi-temps. Maxime Lopez a fait trembler le Vélodrome lorsque le milieu de terrain olympien a crocheté le défenseur autrichien, Stefan Lainer, devant la cage de Yohann Pelé (52e). Sans conséquence. Tout comme en fin de match lorsqu’Adil Rami a déséquilibré Xaver Schalger dans la surface (90+2e). Marseille doit aussi son salut à son portier, décisif à plusieurs reprises (53e, 65e), mais aussi à son poteau, touché par Fredrik Gulbrandsen (77e).

Avec deux buts d’avance, l’Olympique de Marseille peut aborder sereinement le match retour, jeudi prochain, en Autriche. L’OM est aux portes d’une finale à Lyon (95% de qualification après avoir gagné 2-0 à domicile à l'aller). Qui l’aurait cru le 27 juillet dernier, quand les Marseillais ont débuté leur parcours européen…

Maxime Gil @gil_maxime_34