Ben Arfa

Ligue Europa : Ben Arfa prend les Rennes

Publié le , modifié le

Le Stade Rennais joue sa vie en Ligue Europa ce jeudi (18h55). Grâce à leur victoire le 29 novembre dernier au FK Jablonec (0-1), les Bretons ont gardé la main sur leur destin, et se sont offert une finale contre le FC Astana, au Roazhon Park. Actuels troisièmes derrière les Kazakh, ils sont contraints de gagner, une défaite ou un nul propulserait leurs adversaires du soir en seizièmes de finale. Rennes doit en partie sa bonne forme du moment à la renaissance d'un certain Hatem Ben Arfa. Trop inconstant depuis son arrivée en début de saison, il semble enfin avoir trouvé son rythme de croisière, au meilleur des moments.

Son réveil était attendu depuis son arrivée en provenance du PSG en début de saison. Hatem Ben Arfa a mis du temps à trouver ses marques. Trop inconstant, il a souvent été relégué sur le banc par Sabri Lamouchi. Il n'était d'ailleurs pas titulaire lors de la difficile victoire de Rennes en République Tchèque sur le terrain du FK Jablonec (0-1) fin novembre. Mais l'arrivée de Julien Stephan début décembre à la tête du groupe a rebattu les cartes. Ben Arfa, titularisé lors des deux derniers matches de Ligue 1, a été un grand artisan des deux succès, contre Dijon, et surtout à Lyon, où il a à chaque fois trouvé le chemin des filets. Le retour au sommet de celui qui peut clairement être le facteur X rennais arrive à point. Il sera la pièce maitresse du 11 de Stephan à l'heure de jouer la qualification en seizièmes de finale de la Ligue Europa contre le FC Astana. "On attend plus d'Hatem. Il a la qualité pour faire beaucoup plus." Cette phrase d'Olivier Létang, lors de la présentation de Julien Stéphan comme remplaçant de Sabri Lamouchi, fraîchement débarqué du poste d'entraîneur, il y a huit jours semble aujourd'hui complètement dépassée, même si évidemment, deux matches ne font pas loi. 

Un possible tournant pour la saison rennaise

Rennes n'a pas le droit à l'erreur jeudi, seule la victoire contre Astana leur ouvrira la voie des seizièmes de finale. Dos au mur, les Rennais paient un début de saison en dents de scie, même si ils ont la chance de garder leur destin en main. Défaits 2-0 sur le terrain de la capitale Kazakhe à l'aller, Rennes n'est plus la même équipe. En Ligue 1, l'équipe est transfigurée, reste à confirmer en Europe. "Je pense que les deux derniers matches ont apporté de la confiance aux joueurs avec la volonté de faire un grand match pour remporter cette rencontre", a jugé le coach. D'autant plus que, contrairement au match contre Dijon qui avait vu un premier acte un peu poussif des Rouge et Noir, "contre Astana, on aura complètement récupéré physiquement et on sera davantage en capacité de peser sur l'ensemble du match", a-t-il souligné. Pour éviter la sortie de route dans ce qui pourrait être un tournant de la saison rennaise, "il faudra être patient. Réussir à emballer (le match) mais aussi ne pas s'énerver et rester maître de ses émotions", a-t-il résumé.

francetv sport francetvsport