Ligue Europa Rennes Betis Zeffane
Duel entre Lainez et Zeffane | AFP - Damien Meyer

Ligue Europa : 5 raisons de croire en la qualification de Rennes

Publié le , modifié le

Rennes se déplace à Séville ce jeudi pour le match retour des seizièmes de finale de Ligue Europa. Après leur match nul, et surtout leurs trois buts encaissés, les Rennais n'ont pas la faveur des pronostics. Pour autant, il existe quelques motifs d'espoir.

14% de chances, ce n'est pas 0%

Commençons par les maths. Ainsi, Rennes aurait 14% de chances de se qualifier pour les quarts de la Ligue Europa après son nul 3-3 à domicile. 14%, ça reste bien supérieur aux 1,3% de Manchester United par exemple, qui a perdu 0-2 la semaine passée face au PSG. Rennes est même mieux loti que les équipes ayant perdu 1-0 à domicile : celles-ci n'ont que 10% de chances de se qualifier. 14%, ce n'est vraiment pas insurmontable. Après tout, il leur suffirait de gagner 1-0 pour se qualifier. 

Par ailleurs,  les chiffres se trompent souvent. Et quand on parle du "pourcentage de chances" d'une équipe d'accéder au tour suivant ou non, ce n'est pas tout à fait exact. Cette probabilité est calculée à partir de l'histoire des coupes d'Europe. Il serait plus exact de dire : 14% des équipes ayant concédé un 3-3 à domicile au match aller en Coupe d'Europe ont réussi à se qualifier. Mathématiquement, les chances de Rennes sont de 50%. Soyons justes jusqu'au bout. 

Les Rennais se sont reposés ce week-end...

En réalité, pas vraiment, puisqu'ils ont quand même joué un match de Ligue 1. Mais les joueurs n'étaient pas à 100%, cela s'est vu, et surtout, cela s'est concrétisé au tableau d'affichage : une cinglante défaite 2-0 contre Reims. Alors certes, pour la confiance et la préparation mentale, on a fait mieux. Mais on peut aussi se dire que la décompression a bel et bien eu lieu, et que les joueurs de Julien Stéphan sont déjà exclusivement tournés vers leur match retour. " On y va avec humilité, mais quand on rentrera dans le stade, on sera dix-huit chiens" affirme M'Baye Niang dans l'Equipe. Dix-huit affamés, sevrés de football ce week-end. Quoi de mieux pour déjouer les pronostics ? 

Le Bétis a des failles en défense

Nous parlons tout de même du 7e de Liga, qui réalise une de ses meilleures saisons depuis longtemps. Mais si le Bétis a un point faible, c'est bien sa défense. Seulement douzième défense de Liga, c'est la seule équipe dans les Top 9 à avoir encaissé 30 buts. Et rappelons-nous les premières minutes du match aller. Il n'a pas fallu longtemps aux Rennais pour trouver la faille, ni pour enfoncer le clou. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la charnière centrale Mandi-Garcia n'a pas donné des gages de sécurité absolue. Petit bémol : ce jeudi, Marc Bartra, le titulaire habituelle en défense centrale, sera de retour. Il pourra pallier aux manquements de Garcia, plutôt porté vers l'entrejeu. 

Deuxième bémol, et non des moindres, Rennes a aussi quelques soucis défensifs. Hors, il faudrait éviter d'encaisser une nouvelle triplette de buts cette fois. Mexer a souvent eu du mal à contenir la vivacité des attaquants espagnols la semaine passée. Et si Damian Da Silva a été légèrement plus en vue, il n'est pas exempt de tout reproche sur les buts du Bétis. Le but sera de museler Lo Celso. L'Argentin leur a fait très mal au match aller. Mais au moins, ils sont prévenus. Sans parier sur un système anti-Lo Celso, les hommes de Julien Stéphan sauront à quoi s'attendre cette fois.

Hatem Ben Arfa peut flamber à tout moment 

Le club breton a dans son éventail une arme fatale. Il n'est juste pas certain qu'elle fonctionnera au moment propice. Hatem Ben Arfa fait partie de ces rares joueurs capables de changer la face d'un match à la seule force de leurs dribbles. A tout moment, surtout quand on ne l'attend pas, il peut dégainer. La roulette russe peut aussi tourner au cours d'un même match. La preuve quand, au match aller, il est flamboyant sur les vingt premières minutes du match, en étant à l'origine de l'ouverture du score et en frôlant la barre sur un sublime coup franc ; avant de totalement sombrer sur le reste du match, provoquant plusieurs pertes de balle en deuxième mi-temps.

A quel Ben Arfa aura-t-on droit ce jeudi ? Certes, il n'est pas seul. M'Baye Niang reste sur trois buts et deux passes décisives sur les huit derniers matchs, Ismaïla Sarr revient pourrait bien être présent malgré sa blessure lors du match aller, et Adrien Hunou, constant, a été buteur à l'aller. Mais pour faire basculer une soirée européenne dans l'improbable, il faut de la magie. Hatem Ben Arfa en a dans ses crampons. De sa capacité à briller dépendra en grande en partie le destin de Rennes.