Manuel Fernandes buteur face à Nice
Manuel Fernandes buteur lors du match aller face à Nice | AFP

Ligue Europa - 16e de finale : Le Lokomotiv renverse la vapeur face à Nice

Publié le , modifié le

Menant pourtant 2-0 grâce à un doublé de Mario Balotelli, l’OGC Nice s’est incliné 2-3 face à une équipe du Lokomotiv Moscou plus combative, en 16e de finale aller de la Ligue Europa, ce jeudi dans la cité azuréenne. Le déplacement en Russie la semaine prochaine s’annonce déjà bien périlleux.

La défaite à Dijon (2-3) samedi dernier n’était pas forcément de bon augure, avant ce duel européen contre un club habitué à ce type de compétition. Mais à court de rythme en raison de la longue trêve hivernale en Russie (de mi-décembre à début mars), les hommes de Yuri Semin retrouvaient la compétition sans avoir joué un match officiel depuis le 11 décembre dernier ! Les Phocéens se devaient donc de prendre le jeu en main pour prendre l’ascendant et surtout faire le plein de buts avant un déplacement bien compliqué à Moscou.

Doublé de Balotelli

Et qui d’autre que Mario Balotelli pour donner le « la » de cette rencontre ? Après seulement quatre minutes, le buteur italien décochait une belle frappe d’une dizaine de mètres pour trouver le chemin des filets (1-0, 4e). Les Niçois subissaient alors et se voyaient tout heureux d’échapper à un pénalty pourtant flagrant (17e). Finalement, le sort décidait d’offrir un pénalty aux Azuréens peu avant la demi-heure de jeu sur une main de l’ex-Niçois Pejcinovic, et Balotelli réalisait ainsi le doublé (2-0, 28e).

Tout semblait aller pour le mieux jusqu’à ce que Malang Sarr fauche Miranchuk dans la surface… Cette fois, l’arbitre n’hésitait pas et Manuel Fernandes permettait au Loko de revenir au score peu avant la pause (2-1, 45e). Malgré cet avertissement, les protégés de Lucien Favre laissaient le monopole du ballon aux Moscovites et le scénario idéal se transformait en véritable débâcle pour les Niçois. Coly était d’abord expulsé (67e), puis Fernandes égalisait presque logiquement (2-2 (69e).

Et Fernandes répond par un triplé !

Totalement décontenancés, les Aiglons multipliaient les erreurs et le talentueux milieu portugais adverse réalisait le coup du chapeau sous le regard de supporters locaux désabusés (2-3, 77e). Pour espérer atteindre les huitièmes de finale (ce qui n’est plus arrivé depuis 1974), les Aiglons devront se montrer bien plus vigilants que ce soir.

Romain Bonte