Nice Lazio
Marlon (Nice) lors du match Nice-Lazio le 19 octobre. | VALERY HACHE / AFP

Ligue Europa - Lazio - Nice : le grand écart

Publié le , modifié le

Etrillé à Paris dimanche dernier (0-3), Nice reçoit ce soir (21 h) une équipe de la Lazio conquérante. Dans une mauvaise passe avec cinq défaites d'affilée toutes compétitions confondues, les Niçois ne sont pas pour autant en danger en Ligue Europa, malgré leur défaite au match aller (2-1). Deuxièmes avec six points, une défaite ne condamnerait pas leurs chances, mais ils laisseraient filer la Lazio à la première place du groupe. Immobile est annoncé remplaçant, Balotelli sera présent.

L'un vient de subir sa cinquième défaite d'affilée face au PSG dimanche, apathique et fébrile défensivement. L'autre reste sur huit victoires de suite, douze sur les treize derniers matchs, et une seule défaite face à Naples, actuel solide leader de Serie A. Ce sont deux équipes aux dynamiques diamétralement opposées qui s'affrontent ce soir au Stadio Olimpico de Rome (21 h).  

Octobre rouge pour Nice

Avec 4 victoires et un nul en septembre pour 5 défaites de suite en octobre, le contraste est saisissant pour le Niçois. Euphoriques puis apathiques, les joueurs de Lucien Favre ont viré au rouge en même temps que l'automne. Pas de quoi désespérer l'entraîneur suisse, qui fait le dos rond en attendant que l'orage passe. "Les joueurs sont très déçus, mais pas abattus. On va se relever de ça, même si ça peut prendre du temps. J’en suis sûr. Le travail doit nous permettre de reprendre confiance pour inverser la courbe des résultats. Tous nos matchs se jouent sur des détails, tournent dans un sens ou dans l’autre sur des détails."

Les Niçois pourraient aligner Adrien Tameze, Arnaud Souquet mais aussi Alassane Pléa, pour former un duo d'attaque avec Mario Balotelli, qui retrouve un stade de Serie A un an et demi après son dernier match (finale de la Coupe d'Italie avec Milan). Wesley Sneijder pourrait donc être sur le banc, comme Vincent Koziello.

La Lazio rayonne

En face, la Lazio Rome s'avance face à Nice avec de plus en plus de certitudes. Les joueurs de Simone Inzaghi sont insatiables depuis le début de l'année, avec 12 victoires sur leurs 13 derniers matchs. Leur seule défaite ? Face à Naples, actuel leader de la Serie A (4-1). Vainqueur face à la Juventus en octobre, les coéquipiers de Ciro Immobile (14 buts en 11 matchs de championnat) normalement préservé ce soir pour le championnat, jouent un football séduisant et sont un solide leader du groupe K, avec trois victoires en autant de journées.

Pourtant, pas de quoi relâcher la pression pour les Romains. «Je tiens énormément à la qualification et à la première place. En gagnant à Nice, nous nous sommes approchés de la qualification, mais on doit encore faire un bon match demain (aujourd'hui). Ça ne sera pas facile car ces derniers temps, Nice a été l'équipe qui nous a posé le plus de problèmes», a expliqué le frère cadet des Inzaghi en conférence de presse hier.

Immobile au repos, peut-être imité par Milinkovic-Savic, c'est le Portugais Nani qui devrait épauler Caicedo, buteur à l'aller. «Nani est arrivé avec un problème physique datant de l'époque de Valence mais maintenant il va bien. C'est un joueur complet, qui peut jouer à plusieurs postes Il peut nous aider à continuer à bien faire. Notre début de saison a été excellent mais les joueurs savent que le chemin est encore long.», a rajouté l'entraîneur des Biancocelesti.