Girondins de Bordeaux
Les joueurs des Girondins de Bordeaux | Philippe Desmazes / AFP

Bordeaux à la relance en Ligue Europa

Publié le , modifié le

Un an après sa désillusion à Videoton en Hongrie, Bordeaux retrouve la Ligue Europe jeudi, cette fois à Ventspils, en Lettonie, pour le 2e tour préliminaire aller, dans un contexte d'incertitude politique et sportive.

Entre les rumeurs de rachat par un consortium américain, dont les dirigeants étaient présents à la reprise au Haillan le 30 juin, la volonté affichée de l'actionnaire historique M6 de se retirer, et la vente très attendue de Malcom à Barcelone, les espoirs étaient grands de voir Bordeaux changer de monde, au début de l'été. Mais il ne s'est rien passé. Ou presque. Hormis donc le départ de Malcom. 

Poyet dubitatif

Dans cette ambiance plus que morose, l'entraîneur Gustavo Poyet a tenté de réveiller les esprits début juillet, en pointant notamment l'immobilisme de ses dirigeants. "Le plus important pour un club de football, ça se passe l'été, rappelait l'Uruguayen. Si tu fais les choses bien pendant l'été, c'est plus facile. Et nous, on n'a rien fait. Vous savez, je n'aime pas les excuses mais là tout le monde me donne la possibilité d'avoir beaucoup d'excuses le 26 juillet..." 

A Ventspils, Bordeaux se présentera considérablement amoindri privé de quatre membres majeurs (Youssouf Sabaly est blessé, Pablo n'a pas encore joué en préparation, les prêtés Soualiho Meïté et Martin Braithwaite n'ont pas été conservés) qui avaient œuvré au printemps dernier dans la quête de la 6e place en L1 synonyme d'Europe. Le dernier mois, Poyet, plus actif qu'auparavant dans ses séances, a tenté de trouver la bonne formule. Il s'appuie toujours sur ses cadres restés fidèles, a fait la part belle aux jeunes du centre de formation prometteurs, ravis de l'aubaine. Mais cela suffira-t-il pour passer l'obstacle letton.

Le syndrome videoton

Bordeaux connaît le cauchemar d'une élimination précoce, puisque les Girondins l'ont vécu la saison dernière contre Videoton.  Le passif hongrois trotte encore dans toutes les têtes, et les Girondins ne pourront pas évoquer l'effet de surprise si ça se passe mal. Se mettre à l'abri dès jeudi à l'extérieur serait le meilleur moyen de chasser les doutes. Ce serait aussi très positif pour le moral en championnat. Mais sans une véritable volonté de renforcer l'équipe, quel que soit le résultat de ce 2e tour préliminaire, la saison pourrait être longue. 

France tv sport francetvsport