Ben Arfa et Rennes se sont effondrés

Ligue Europa : Rennes s'effondre contre le Dynamo Kiev

Publié le , modifié le

Rennes s’est effondré face au Dynamo Kiev (3-1) lors de la 4e journée de la Ligue Europa. Les joueurs de Sabri Lamouchi ne sont jamais parvenus à poser leur jeu et à profiter de l’hyperactivité de leur capitaine, Hatem Ben Arfa, malgré un sursaut d'orgueil dans les dernières minutes du match et la réduction du score de Jordan Siebatcheu (90e). Du côté ukrainien, si Verbic et Shaparenko se sont distingués, c’est tout le collectif qui a brillé, au contraire du club français. Si mathématiquement les Rennais peuvent encore se qualifier, leurs chances se sont considérablement amenuisées. 

Le Stade Rennais venait à Kiev pour se rassurer et prendre une option sur la qualification. Mais face à leur concurrent direct (Kiev était deuxième, deux points devant Rennes avant le match), ils se sont tout simplement effondrés. Rennes n'a jamais vraiment semblé être en mesure de contrarier les Ukrainiens, qui se sont, à l'inverse, montré très offensifs et entreprenants. Polluée par de trop nombreux déchets dans les transmissions et dans le positionnement, la prestation des Rennais a été décevante. 

Trop de déchets 

Rennes a souffert dès la première mi-temps. Ils ont été incapables de prendre le jeu à leur compte. Après le premier but de Verbic sur corner (12e), ils se sont pourtant réveillés en se projetant beaucoup vers l’avant. Mais ils ont pâti d’un manque de précision dans les dernières passes. Léa Siliki et Poha, notamment, ralentissaient le jeu en manquant souvent de spontanéité dans les transmissions. A tel point que les hommes de Lamouchi ont, très tôt, commencé à commettre fautes grossières et tacles dangereux (deux cartons jaunes en première période et de nombreux avertissements). Ils étaient donc logiquement menés aux bout de ses premières 45 minutes. 

Une réaction trop tardive

Au retour des vestiaires, l'espoir flottait toujours parmi les hommes de Sabri Lamouchi. Bourigeaud a été partout. Ben Arfa, lui, a été intenable tout au long de la deuxième période. Il a multiplié les courses, tout en percussion, même si comme à son habitude il s'est parfois empêtré dans des raids impossibles. Sarr a manqué la balle de l'égalisation en propulsant son tir dans les bras de Bokyo (54e). Mais le deuxième but de Kiev a coupé l’élan rennais (65e). Mykolenko est venu couper un coup franc remarquablement frappé de Tsyganko. L’Ukrainien n’a laissé aucune chance à Koubek. 


Rennes s’est alors effondré en laissant des espaces à tous les niveaux. De quoi laisser la marge au jeune Shaparenko, déjà dangereux à de multiples reprises (15e, 37e), de marquer un magnifique but d’une frappe enroulée du droit après un débordement sur le couloir gauche de Nyamsi (72e).  Certes, les dernières minutes ont été rennaises, grâce notamment à la très bonne entrée de M'Baye Niang, virevoltant sur son côté droit. C'est lui qui, sur un centre venu côté gauche,  a dribblé le portier ukrainien avant de servir Siebatcheu au centre qui n'a eu qu'à pousser le ballon dans le but vide. Mais au coup de sifflet final, les visages rennais traduisaient tout à fait leur déception. Il faudrait désormais un énorme concours de circonstances, et surtout des prestations autrement plus abouties que celles de ce soir, pour que les Rennais puissent accéder au prochain tour de la Ligue Europa. 

Guillaume Poisson @@guifed