Qualifications pour l'Euro féminin: Les Bleues investies pour leur retour à la compétition, malgré des états de forme différents

Publié le , modifié le

Auteur·e : Hortense Leblanc
Eugénie Le Sommer
Eugénie Le Sommer ne se sent pas fatiguée malgré le Final 8 de la Ligue des Champions | Mirko Kappes / foto2press / dpa Picture-Alliance

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L’Equipe de France féminine affronte la Serbie, ce vendredi (21h), dans le cadre des éliminatoires de l’Euro, reporté en 2022. Alors que les Lyonnaises et les Parisiennes ont disputé le Final 8 de la Ligue des Champions fin août, les autres Bleues ont très peu de matchs dans les jambes. Corinne Diacre devra composer sans certaines de ses cadres, blessées, et avec les différentes conditions physiques de ses joueuses.

Six mois après le Tournoi de France, qu’elle avait remporté, l’Equipe de France féminine fait son retour en compétition officielle. Elle affronte ce vendredi la Serbie, battue 6-0 au match aller, avant de défier la Macédoine mardi. Pour ce rassemblement, Corinne Diacre ne peut pas compter sur Amandine Henry, Wendie Renard, Griedge Mbock et Grace Geyoro, blessées, et va devoir jongler entre les états de forme inégaux des sélectionnées.

Si les Lyonnaises et les Parisiennes ont disputé la Coupe d’Europe, et que les Bordelaises ont joué une demi-finale de Coupe de France début août, les autres Bleues n’ont repris la compétition en D1 féminine, ou dans les championnats étrangers, que depuis deux journées. "On ne peut pas être complètement prête après seulement deux matchs, je ne sais pas où en sont mes coéquipières sur le plan physique", témoigne Eugénie Le Sommer, championne d’Europe avec Lyon. "Ça sera peut-être compliqué sur les fins de matchs, mais on est là pour donner le maximum, peu importe l’état de forme", assure-t-elle.

Des conditions physiques moins disparates que prévues

Alors qu’elle craignait des conditions physiques inégales avant le rassemblement, la sélectionneuse Corinne Diacre a été agréablement surprise par l’implication de ses joueuses ces derniers jours: "Les filles ont mis beaucoup d’intensité dans les séances, je n’ai pas tellement vu de différences dans l’intensité sur les entraînements, mais les matchs de 90 minutes donneront plus d’indications sur leurs conditions physiques."

Probable capitaine, Eugénie Le Sommer ne ressent pour sa part pas de fatigue particulière : "Je me sens bien, mais je pense que le coup de mou viendra plus tard, en octobre ou novembre". Si elle parvenait à marquer lors des prochains matchs, elle égalerait le record du nombre de buts en Equipe de France de Marinette Pichon (81 buts), qui n'attend que ça.

Alors que la France est actuellement troisième de son groupe de qualification, avec deux matchs en moins par rapport à l’Autriche, première, Corinne Diacre s’appuiera sur ses observations du début de saison pour composer son onze titulaire: "Je vais privilégier la performance du moment. L’important sera d’aligner les joueuses les plus en forme, parce que l’objectif est de gagner". Contrairement aux règles en vigueur pour les équipes nationales masculines, la sélectionneuse pourra bénéficier de cinq changements en cours de match, qu’elle utilisera, ou pas, "selon la physionomie du match".

Hortense Leblanc hortense_lblnc