Zidane pourra être sur le banc du Real ce week-end

Zidane pourra être sur le banc du Real ce week-end

Publié le , modifié le

La suspension de trois mois de banc de touche de Zinédine Zidane ne débutera finalement pas ce week-end. Alors que l'appel interjeté par le Real Madrid avait été rejeté par le comité d'appel de la Fédération espagnole, le Tribunal administratif du sport (TAD) espagnol a suspendu provisoirement la sanction, en attendant la décision sur le fond. La Fédération espagnol estime que l'ancien N.10 n'a pas les diplômes nécessaires pour occuper le poste d'entraîneur principal, même de l'équipe réserve du Real.

"Le TAD a concédé la mesure de suspension provisoire demandée par le club,  ce qui permet (...) aux entraîneurs du Real Madrid Castilla, Santiago Sanchez  et Zinedine Zidane, d'exercer leur activité professionnelle jusqu'à ce que soit  tranché le recours formulé par le Real Madrid", a écrit le club dans un  communiqué. Le Real Madrid s'est beaucoup affairé dans la journée pour permettre à son ancien Galactique de poursuivre sa mission auprès de l'équipe réserve des Merengue. "Le recours que nous avons présenté (devant la RFEF, ndlr) a été rejeté et  nous avons présenté aujourd'hui devant le TAD une demande de mesure  suspensive", avait ainsi raconté à l'AFP une porte-parole du Real un peu plus tôt.

Cette décision du Tribunal administratif du sport est une première victoire  pour Zidane: le Real avait auparavant été débouté de son recours déposé cette  semaine devant le Comité d'appel de la RFEF, ce qui a poussé le club à porter  l'affaire devant le TAD. Cette instance, mise sur pied au début de l'année, est l'organe compétent  en Espagne pour examiner "l'activité des fédérations en matière de dopage, de  discipline sportive et de garantie de la légalité des processus électoraux",  comme le précise son site internet.

Zinedine Zidane est accusé de ne pas disposer du titre de niveau 3  nécessaire pour entraîner en Segunda B, la troisième division espagnole, et de  se servir de son collègue Santiago Sanchez comme d'un prête-nom, une situation  courante en Europe, mais susceptible de sanction selon les règlements espagnols.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze