Raphaël Varane (Real Madrid)
Raphaël Varane (Real Madrid) héros d'un soir | JAVIER SORIANO / AFP

Varane crève l'écran

Publié le , modifié le

Quoi de mieux qu'un Clasico pour se faire un nom ? Toujours en apprentissage du très haut niveau au Real Madrid, Raphaël Varane a été le héros de Bernabeu lors de la demi-finale aller de la Coupe du Roi contre le Barça (1-1). Impérial en défense centrale et auteur de l'égalisation, l'ancien lensois était sur un nuage mercredi.

Didier Deschamps le suivait de près. Depuis hier il est conforté dans son envie de voir Raphaël Varane dans la peau d'un des cadres de la défense des Bleus. Mercredi, ses promesses se sont matérialisées lors d'un match de coupe du Roi, l'habituel rendez-vous des "coiffeurs". Sauf que là le salon était clinquant et le carnet de rendez-vous plein comme un oeuf. Depuis son arrivée chez les Merengues, Varane avait reçu beaucoup de compliment mais si peu de récompenses. Trop jeune, 19 ans, pour se faire sa place dans un contexte fort.

Homme du match

Mais cela pourrait rapidement changer après ce 30 janvier où l'ancien lensois a presque tout fait. Des interventions tranchantes, un bon placement, un but sauvé et un autre marqué de la tête sur un centre d'Özil (1-1, 81e). De quoi s'attirer les bonnes grâces d'Aitor Karanka, l'adjoint en José Mourinho. "Je crois qu'aujourd'hui il était impossible de faire mieux. Il sauve un but sur sa ligne en première période et il inscrit le but de l'égalisation. Je le vois dans une forme grandiose", a jugé le remplaçant l'entraîneur du Real José Mourinho en conférence de presse. "A 19 ans, il est impressionnant. Il a la tête sur les épaules et est très  solide. Ce qui lui arrive, c'est vraiment bien", a poursuivi l'entraîneur  adjoint des Merengue.

"Plus fort que Blanc"

Depuis son arrivée en 2011 au Real, Varane n'avait jamais goûté au charme électrique d'un Clasico. Après le match, il refusait de s'emballer. "Je sais que je dois continuer de cette manière et travailler pour pouvoir  continuer à jouer." Interrogé sur la possibilité d'être convoqué par Didier Deschamps pour la  prochaine rencontre des Bleus, le 6 février en amical contre l'Allemagne, le  jeune Français a toutefois préféré esquiver: "Je dois rester concentrer sur mes  performances". La saison dernière, Mourinho avait déjà tressé un beau compliment au jeune  Tricolore. "Il sera meilleur que Laurent Blanc", avait jugé "Mou" en mars 2012.  "Varane  possède la même intelligence, la même tranquillité, la même présence que Laurent Blanc sur un terrain. Mais, sauf le respect que je dois à Blanc, il est beaucoup plus rapide", avait jugé le Portugais. Plus rapide aussi que Pepe ou Ramos. Bientôt, ce sera son heure au Real Madrid.