Valence Soldado joie 2011
Le bonheur de Soldado | AFP - German Garcia

Valence, l'épine dans le pied barcelonais ?

Publié le , modifié le

Leader de la Liga à l'entame de cette 5e journée, le FC Valence accueille le FC Barcelone lors d'une confrontation au sommet. Contrairement aux Catalans, les Sevillans n'ont pas laissé le moindre point leur échapper depuis le début de la saison, et Soldado se trouve, avec cinq buts, au même niveau que Messi. Rami d'un côté, Abidal de l'autre, la charnière de l'équipe de France pourrait joueur un rôle majeur lors de ce choc.

Le premier contre le troisième. Voilà l'affiche qui oppose, lors de cette 5e journée, le FC Valence au FC Barcelone. Un premier match test pour les deux équipes, qui sauront un peu mieux ce à quoi elles pourront prétendre cette saison. Après le (8-0) infligé ce week-end à Osasuna, les Catalans, toujours sans Iniesta, espèrent certainement faire aussi bien que lors des quatre dernières saisons, où ils étaient repartis de Mestalla avec deux victoires et deux nuls. Mais Victor Ruiz et ses coéquipiers ne l'entendent pas de cette oreille, et leurs trois succès consécutifs leur ont donné confiance et ambitions. Le défenseur valencien va vivre un match un peu particulier. Son enfance à San Feliu de Llobregat, dans la banlieue barcelonaise, l'a logiquement amené à porter les couleurs du club catalan à l'âge de 4 ans. Il y a fait ses premières armes, jusqu'à 12 ans. "Ils ont considéré que je n'avais pas le niveau", se souvient-il dans Marca. Une cicatrice qui ne s'est pas effacée, notamment au club voisin de l'Espagnol: "J'y suis arrivé à l'âge de 16 ans, et je ne peux que reconnaître mes progrès. Ils m'ont formé comme personne et comme joueur." Un passage dans le Calcio et le Napoli l'ont un peu plus endurci, et ont attiré les regards des dirigeants de Valence. Unai Emery a fait le reste: "Il m'a mis dans l'équipe dès le premier jour, et m'a donné la confiance dont j'avais besoin." Avec Adil Rami, il forme une charnière centrale qui n'a encaissé que trois buts depuis le début de la saison, tous encaissés lors du premier match. Mais ils n'ont pas encore croisé l'armada offensive catalane, déjà auteur de quinze buts sur la scène nationale.

Bien évidemment, les 8 buts inscrits le week-end passé contre Osasuna pèsent beaucoup dans ce bilan. Villa, l'ancienne idole de Valence, en est conscient: "L'énorme match que nous avons fait contre Osasuna améliore notre auto-estime au moment où nous abordons une rencontre compliquée à Mestalla". L'arrière-garde de Valence ne sera pas la seule à passer un test faux à Messi et ses coéquipiers. Car les Barcelonais doivent trouver le moyen de museler Soldado, natif de Valence mais ancien de la maison madrilène. Ses cinq buts sur les six inscrits par son équipe lui donnent simplement des responsabilités plus importantes contre les Catalans, qui n'ont eu à aller dans leurs propres filets qu'à deux reprises.