La joie de Suarez, Messi et Neymar
La MSN en action: Luis Suarez félicité par Messi et Neymar | AFP - MIGUEL RIOPA

Suarez, auteur d'un quadruplé, remet la MSN et le Barça en route

Publié le , modifié le

Grâce à un quadruplé de l'Uruguayen Luis Suarez (30 buts en Liga), également passeur décisif sur les 3e, 6e et 8e buts, et au 501e but de Messi, le FC Barcelone a repris sa marche en avant lors de la 34e journée de la Liga en s'imposant à La Corogne (8-0). Après trois défaites consécutives (toutes compétitions confondues), les Catalans sont à égalité de points avec l'Atletico, vainqueur de Bilbao ( 1-0), et un point d'avance sur le Real Madrid, tombeur (3-0) de Villarreal.

Depuis quelques semaines, Barcelone peine. Symbole de cette baisse de régime, marquée par l'élimination en Ligue des Champions et par la disparition de son avance en Liga, la production de la MSN. Lionel Messi, malgré le 500e but inscrit dans sa carrière le week-end passé, ne fait plus de différences. Neymar alterne les bons gestes et les signes d'énervement. Seul Luis Suarez surnage, avec son sens du but et ses mouvements pas toujours académiques mais régulièrement efficaces. Ce n'est donc pas une surprise si l'Uruguayen a été l'étincelle qui a remis la machine barcelonaise en marche. Le deuxième meilleur buteur du championnat espagnol a fais feu de tout bois dans cette soirée, pour entrer dans l'histoire. 

A la 12e minute, alors qu'il avait frôlé l'ouverture du score sur un tir frôlant le poteau cinq minutes avant, Suarez reprenait du gauche un corner de Rakitic (1-0). Comme une horlogerie suisse, il patientait douze minutes de plus pour retrouver le chemin des filets sur un service de Messi, et un duel gagné face au portier adverse (2-0). Mais la précision lui échappait dix minutes après, avec un tir des 6m qui passait juste à côté. Au retour des vestiaires, il se muait donc en passeur décisif, pour délivrer un cadeau à Ivan Rakitic, seul au deuxième poteau, qui crucifiait du plat du pied Manu (47e, 3-0). Et à la 53e minute, l'arme offensive N.1 du Barça reprenait son rythme, sur un nouveau service en profondeur de Messi, et un duel encore gagné avec le gardien du Depor (4-0). Premier rival de Cristiano Ronaldo (31 buts avant cette journée) pour le titre de pichichi, l'Uruguayen se fendait d'un quadruplé en magnifiant un mouvement de la MSN. En position reculée, Messi trouvait Neymar, parti à la limite du hors jeu sur le côté gauche. Le Brésilien délivrait une offrande à Suarez, qui s'y reprenait à deux fois pour envoyer le ballon au fond (64e, 5-0).

Suarez, 4 buts, 3 passes décisives

Après le buteur, El Pistolero redevenait passeur, pour imiter Neymar et offrir sur un plateau à Messi son 501e but dans sa carrière 73e). En revanche, il n'intervenait pratiquement pas sur le 7e but, oeuvre de Bartra, quoique... L'Uruguayen montrait le chemin du geste à son coéquipier, et monopolisait la défense pour lui ouvrir un boulevard (79e). Totalement hors du coup et laminé, le Deportivo craquait deux minutes après, sur une troisième passe décisive de Suarez, grand homme de la soirée, qui rendait la pareille à Neymar, seul devant le but (81e, 8-0).

Critiqué depuis plusieurs semaines pour son manque de remplacements au cours des matches, Luis Enrique faisait tourner son effectif à l'heure de jeu, avec les sorties d'Iniesta, puis celles d'Alba et de Busquets à vingt minutes du terme de la rencontre. En sentant le souffle des deux clubs madrilènes sur leur coup, les Barcelonais se sont remis en cause et ont retrouvé un peu de leur brillance, même s'il ne s'agit que de La Corogne en face. C'est le plus large succès des Catalans cette saison, avec un but de plus que lors de la demi-finale de Coupe du Roi gagnée contre Valence (7-0) au Camp Nou, le 3 février dernier.

L'Atlético suit le rythme

Opposé à l'Athletic Bilbao au stade San Mames, l'Atlético Madrid n'a pas flanché grâce à une nouvelle réalisation de Fenando Torres. L'attaquant espagnol a placé une jolie tête sur un bon ballon du Français Antoine Griezmann, passeur décisif pour son 100e match toutes compétitions confondues sous le maillot "colchonero". Ce succès laissera néanmoins des traces dans l'effectif madrilène puisque Diego Godin, le patron de la défense des Colchoneros, a dû sortir au bout de dix minutes jeu, blessé à la cuisse droite selon un premier diagnostic publié par le club. De mauvais augure pour la demi-finale aller de Ligue des champions contre le Bayern Munich programmée la semaine prochaine.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze