Cristiano Ronaldo
Le joueur du Real Madrid, Cristiano Ronaldo | DPPI - MANUEL BLONDEAU

Ronaldo est un "joueur exceptionnel"

Publié le , modifié le

Le président de la FIFA Sepp Blatter avait déclenché l'ire du Real Madrid et de sa star Ronaldo après ses propos moqueurs envers le Portugais lors d'une visite à Oxford. Il a envoyé une lettre au club espagnole dans laquelle il a qualifié Ronaldo d'"exceptionnel" pour s'excuser. Mais trop tard, Ronaldo est déjà sorti de ses gonds après des propos qui tombent mal en pleine période d'élection du Ballon d'Or.

Messi, Ronaldo? Ronaldo, Messi. Le monde du football se divise en deux catégories. Ceux qui admirent la Pulga et ceux qui défendent Ronaldo. Dans ce débat sans fin, même Sepp Blatter doit avoir un avis. Sauf que le président de la FIFA a du poids et que ses paroles prennent vite une ampleur démesurée. Devant des étudiants d'Oxford vendredi dernier, le Suisse s'est laissé allé à railler l'attaquant portugais Cristiano Ronaldo en le comparant à "un commandant sur le terrain", quand Messi "est un bon garçon que tout père et mère aimerait avoir à la  maison. C'est vraiment une bonne personne, il joue vite, il n'est pas exubérant, il a l'air de danser", avant d'en rajouter une louche. Celle de trop. "L'un dépense davantage que l'autre chez le coiffeur, mais ce n'est pas important. Je ne peux pas dire qui est le meilleur", a-t-il poursuivi Sepp Blatter, avant de pencher du côté de l'Argentin ("J'aime les deux joueurs mais je préfère Messi"). Des paroles prises dans une vidéo dont la presse espagnole s'est évidemment emparée et qui sont revenus aux oreilles du principal intéressé et de son club, le Real Madrid.

Au pire moment

Sepp Blatter a son avis et l'a partagé. La manière n'était pas bonne, et c'est ce que le Real a fait savoir. "Je sais que notre président (Florentino Perez) a envoyé une lettre à la  Fifa demandant de rectifier ce qui me paraît un manque de respect envers un joueur très sérieux et très professionnel", a fait savoir Carlo Ancelotti lors d'une conférence de presse, mardi. Histoire d'éviter toute crise, le patron de la FIFA s'est exécuté. "Le président de la Fifa a confirmé dans des lettres envoyées au Real Madrid et à la Fédération portugaise de football que Cristiano Ronaldo est un  joueur exceptionnel - comme il l'avait déjà mentionné à l'université d'Oxford  vendredi dernier et à diverses autres occasions", a indiqué à l'AFP la Fédération internationale. Avant de poursuivre ses excuses sur twitter : "Cher Ronaldo. Je m'excuse si mes propos légers lors d'un évènement privé  vendredi vous ont vexés. Je n'ai jamais voulu vous offenser".

Traduction : "Je suis un honorifique "socio" du Real Madrid, Cristiano et j'ai expliqué qu'il y avait beaucoup de joueurs talentueux dans le monde du football, dont vous. Meilleurs voeux".

Mais le mal était fait. Pourquoi? Parce que ce mardi - le jour où la polémique a enflé - étaient connus les 23 nommés au Ballon d'Or Fifa. L'occasion d'un nouveau duel entre Ronaldo et Messi, dans lequel le Portugais s'estime lésé. Il serait le méchant et l'Argentin, le gentil.

Parano

Il n’en fallait pas plus pour que le Portugais rejoue un refrain qu'il a déjà usité par le passé. Celui de la victime. "Cette vidéo montre clairement le respect et la considération que la Fifa a  pour moi, pour mon club et mon pays. Beaucoup de choses s'expliquent désormais", a réagi l'attaquant vedette du Real Madrid dans un court message en anglais diffusé sur sa page Facebook. Avant d’aller encore plus loin dans l’insinuation "Je souhaite à M. Blatter la santé et une longue vie, avec la certitude  qu'il continuera, comme il le mérite, à assister aux succès de ses équipes et joueurs favoris." Déjà avant le tirage au sort des barrages du Mondial, Ronaldo avait déclaré qu’il préférait éviter la France, sous-entendant qu’elle pouvait être favorisée : "La seule sélection contre laquelle je n'aimerais pas jouer, c'est contre la France, pour des raisons diverses. Mais je ne peux pas en parler". Cette fois, Cristiano n'a pas hésité à donner le fond de sa pensée, mais il pourrait bien trouver d'autres "ennemis" sur sa route prochainement : la Suède en barrages et Franck Ribéry pour le Ballon d'Or.