Lionel Messi Cristiano Ronaldo Barça Real
Lionel Messi et Cristiano Ronaldo | JOSEP LAGO / AFP

Real : le Clasico ou le chaos

Publié le , modifié le

Largué en championnat par le Barça, le Real Madrid, qui retrouve son éternel ennemi catalan en demi-finale aller de la Coupe du Roi mercredi soir, jouera très gros à Santiago Bernabeu. Un résultat positif relancerait la machine merengue tandis qu'une défaite enfoncerait un peu plus José Mourinho et ses hommes dans la crise.

Un Clasico reste un Clasico mais, cette fois, la pression est clairement sur le Real. Devant leur public, les Madrilènes n'auront pas le droit à l'erreur. La Liga n'étant déjà plus qu'une lointaine chimère inaccessible, les Merengue ont reporté tous leurs espoirs de titres sur les Coupes. La Ligue des Champions passant par Manchester United au prochain tour, les hommes du Président Florentino Perez ont tout intérêt à soigner la Coupe Nationale. Autant dire qu'une élimination face au rival barcelonnais serait très mal vécue au Real, déjà très sérieusement brinquebalé par les affaires internes. 

Les Madrilènes, faciles vainqueurs de Getafe ce week-end grâce notamment à un triplé de Cristiano Ronaldo (4-0), ne partent pas battus d'avance face à un Barça qui affole les compteurs depuis le début de saison. "Barcelone n'est pas favori. Nous sommes aussi une grande équipe, nous  allons bien et nous sommes prêts", a lancé l'attaquant français du Real, Karim Benzema, en conférence de presse. Mais pour faire chuter les Blaugrana, qui n'ont connu que deux défaites sous l'ère Villanova, Mourinho devra se montrer  plus habile que jamais, compte tenu des blessures qui plombent son groupe.

Le Real décimé

Entré dans un bras de fer ouvert avec son gardien Casillas, le voilà au  moins "débarrassé" d'un problème qu'il aurait peut-être aimé avoir car le  capitaine des Blancs et champion du monde, victime d'une fracture à un pouce en  quart de finale contre Valence (1-1), est en effet forfait pour trois mois. Pour le remplacer, Mourinho dispose soit du jeune Antonio Adan, qui lui a  déjà servi à mettre Casillas sous pression lorsqu'il était encore disponible,  soit de Diego Lopez, formé chez les Merengue et rappelé au bercail cet hiver. Mais l'hécatombe ne s'arrête pas là puisque les défenseurs Pepe et Ramos,  le latéral Coentrao et l'ailier Di Maria manqueront également à l'appel, les  trois derniers pour cause de suspension après des cartons rouge reçus en coupe.

Loin de ces tumultes, le Barça coule des jours heureux en parfaite harmonie. Lionel Messi est toujours aussi prolifique (encore quatre buts lors de la récente victoire aux dépens d'Osasuna 5-1) et la machine déroule tranquillement. Mais la placidité affichée par les Blaugrana ne peut-elle pas être contrariée par la bête blessée madrilène ? 
    

Julien Lamotte