Varane - Neymar clasico 2013
Varane aux prises avec Neymar | AFP

Real-Barça: les jeunes en force

Publié le , modifié le

S'il sera bien évidemment question du titre, le choc ultime opposant dimanche le Real Madrid au FC Barcelone pourrait permettre d'observer plus en détails le potentiel des jeunes joueurs des deux équipes, ceux qui feront finalement les Clasicos de demain.

Dimanche, les projecteurs seront braqués sur le duel opposant les deux plus gros salaires du monde du football, à savoir Lionel Messi et Cristiano Ronaldo. Il sera également question d'observer les prestations d'Iniesta, Xavi, ou Busquets pour les Blaugrana, et de Xabi Alonso, Benzema (s'il n'est plus blessé), ou Khedira côté Merengue.

Neymar, l'investissement  

Le joueur argentin Messi et son coéquipier brésilien Neymar
Le joueur argentin Messi et son coéquipier brésilien Neymar

Mais tous ces talents ne durent qu'un temps, et en bons gestionnaires, les dirigeants des clubs préparent déjà l'avenir. A 22 ans, Neymar incarne déjà cette nouvelle génération et si le Barça a mis autant d'argent sur la table (près de 120 millions avec les bonus) pour s'offrir les services du Brésilien, ce n'est pas pour rien.

Club formateur de référence en Europe, le Barça a toujours su attirer les jeunes talents. Et aujourd'hui encore, les jeunes pépites se retrouvent souvent du côté de la Catalogne. Aujourd'hui, sur les 30 joueurs de l'équipe première du Barça, 14 joueurs ont moins de 26 ans, soit pratiquement la moitié de l'effectif.

Puyol, l'exception  

Puyol face à Varane
Puyol face à Varane

A bientôt 37 ans, Carles Puyol est bien l'exception qui confirme la règle, même si il a bien été annoncé à Milan... C'est d'ailleurs surtout la défense barcelonaise qui met la jeunesse en avant, avec des joueurs formés au club tels que Marc Bartra (23 ans), Sergi Gomez (23 ans), Patric (21 ans), Martin Montoya (22 ans) ou Carles Planas (23 ans).

Au milieu de terrain, Kiki Femenia (23 ans) a déjà fait ses preuves aux côtés d'Iniesta, et si devant, Messi et Pedron n'ont finalement "que" 27 ans, Cristian Telo et Isaas Cuenca (23 ans) leur font déjà sentir qu'ils ne doivent pas faiblir. A à peine 19 ans, Jean-Marie Dongou prépare lui aussi l'avenir du Barça.

L'ère des Galactiques presque finie    

Jesé, buteur face au Barça
Jesé, buteur face au Barça

En matière de formation, le grand rival madrilène n'a plus grand-chose à envier au club catalan. L'époque des Galactiques (Zidane, Ronaldo, Beckham, …) achetés à grands coups de millions d'euros est –presque- révolue et depuis la fin de règne de Florentino Pérez la raison a poussé les dirigeants madrilènes à investir d'avantage dans son centre de formation. Les fils Zidane ont d'ailleurs profité de ce centre pour faire leurs gammes avant d'être appelés dans les équipes de France jeunes.

Sur les 34 joueurs de son équipe professionnelle, ils sont pas moins de 20 joueurs de moins de 26 ans. A titre d'exemple, le PSG compte 11 joueurs de moins de 26 ans (sur 26). Si le travail de rajeunissement du Real a bien été amorcé par José Mourinho, Carlo Ancelotti a d'avantage fait confiance aux jeunes en les titularisant plus souvent. Des joueurs tels qu'Isco (21 ans), Jesé (21 ans) ou Morata (21 ans) sont souvent alignés sur le terrain, et gagnent chaque jour en expérience.

Jeunes d'ici et d'ailleurs  

Bale entre Iniesta et Mascherano
Bale entre Iniesta et Mascherano

Disposant d'un vivier de joueurs moins imposant que leurs meilleurs ennemis, les Madrilènes ont plus tendance à aller chercher des joueurs dans d'autres clubs, ce qui a notamment profité à Rafael Varane (transféré à 17 ans en provenance de Lens en 2011). Dans un autre registre, comparable à l'arrivée de Neymar, le recrutement de Gareth Bale l'an passé a également tenu compte du jeune âge du Gallois (24 ans).

Dimanche lors du grand Clasico, les jeunes joueurs qui auront eu la chance d'entrer sur le terrain voudront bien évidemment marquer les esprits et gagner en maturité. Un match dans le match opposera bien ces stars en devenir avec la perspective pour certains de découvrir le très haut niveau. Les autres, ceux qui n'auront pas eu la chance d'enlever leur dossard de remplaçant, devront s'imprégner de cette ambiance si particulière qui se dégage d'un tel affrontement, avec l'espoir toujours incertain d'en devenir l'un des principaux acteurs dans les années à venir.

Romain Bonte